2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

mercredi 11 mars 2015

Nouvelles Lumières 3

Affaire Ihsane Jarfi : Pour une loi abolissant l'homophobie au Maroc




Ihsane jarfi est un jeune marocain vivant en Belgique, lâchement assassiné la nuit du 22 avril 2012 par quatre jeunes pour cause de son homosexualité.
Kidnappé cette nuit-là à Liège à la sortie d'un bar gay, lynché atrocement, son corps sera abandonné la nuit même loin de la ville, nu, au froid dans un terrain vague. Il ne sera retrouvé que le 1er mai.
Cet horrible forfait a secoué fortement la société belge qui a manifesté son indignation pour un pareil acte sauvage. De nombreuses manifestations ont scandé la vie publique en Belgique jusqu'au dénouement judiciaire intervenu fin 2014.

La justice belge a rendu justice à Ihsane Jarfi

La cour d'assises de Liège a en effet reconnu la culpabilité du quatuor de délinquants qui n'étaient pas, pour la plupart, à leurs premiers démêlés avec la justice.
Elle les a notamment reconnus coupables d'homophobie et punit trois d'entre eux à la réclusion à perpétuité et un seul pour trente ans de prison, moins pour d'éventuelles circonstances atténuantes que pour cause de doutes persistant sur le degré de sa participation à l'horrible crime.
La justice belge a honoré à cette occasion la mémoire du jeune homme assassiné en reconnaissant en lui une personnalité respectable, au comportement toujours exemplaire, salué comme attachant par toutes ses connaissances ; et la cour a surtout reconnu la moralité irréprochable d’Ihsane.
Durant cette terrible épreuve, la famille du jeune homme s'est montrée très digne, surtout son père, venant de Casablanca, qui a défendu la mémoire de son fils avec tendresse et amour.
Dans ce cadre il a écrit un livre défendant le droit de son fils à vivre son orientation sexuelle et a surtout créé à Liège une fondation portant son nom ayant pour vocation de défendre la cause des opprimés   
  
Que les autorités marocaines honorent aussi Ihsane Jarfi !  

Le drame d'Ihsane Jarfi a eu aussi un vif écho au Maroc où une forte sympathie s'est manifestée en sa faveur dans les couches populaires les plus diverses.
Or, le jeune Ihsane qui aimait tant, comme tous les Marocains son pays, aurait aimé s'y rendre, mais ne l'a pas pu de peur de tomber sous la loi en vigueur réprimant l'homosexualité.
Aussi est-il temps que les autorités marocaines prenant acte de la vague de sympathie  causée dans la royaume par son drame se décident à abroger l'article 489 du Code pénal réprimant les rapports homosexuels.
Une telle loi pourrait d'ailleurs porter symboliquement le nom du jeune martyr de la haine homophobe et consacrer le respect du Maroc de sa nouvelle constitution outre ses engagements internationaux.
J'ai d'ailleurs précisé dans une lettre ouverte adressée à Sa Majesté le roi que l'abolition de la loi homophobe n'est pas contraire à l'éthique de l'islam, ayant démontré dans un essai paru au Maroc en arabe et en français, présenté ici même, que l'islam n'est pas homophobe.
Ainsi le royaume marocain honorera-t-il l'esprit du jeune homme qui pourra alors rentrer librement dans son pays. Surtout, cela ouvrira la voie aux autres pays musulmans en les encourageant à abolir enfin cette tare de loi homophobe qui viole l'islam non seulement dans son esprit, mais aussi dans sa lettre.
Le 22 avril prochain sera le troisième anniversaire de l'horrible meurtre du jeune homme; sera-t-il le triomphe au Maroc du droit pour lequel il a donné sa vie : le droit des homosexuels à vivre dignement leur spécificité ? Ihsane Jarfi ne sera alors pas mort pour rien !

Publié sur Al Huffington Post