2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 12 mai 2014

Démocratie participale 4

Que la société civile se charge du pouvoir dans les gouvernorats et les municipalités au nom de la démocratie participative !



À peine née la démocratie en Tunisie risque d'être étouffée par les combines et les menées politiciennes des partis, surtouts les grands parmi eux sur la scène politique. Une entente se dessine même pour une gestion concertée du pays et de ses intérêts par deux forces du moment avec pour impératif majeur la restauration coûte que coûte et au plus vite de l'autorité de l'État.

Or, si un tel projet est louable en théorie et de bonne guerre eu égard à la situation actuelle de confusion extrême des valeurs, il ne reste pas moins qu'il soit gros du risque de déposséder le peuple de sa souveraineté reconquise de haute lutte.

Ces partis ne semblent pas vouloir lâcher le pouvoir en s'abstenant notamment d'organiser des élections locales et régionales, alors qu'elles sont les seules de nature aujourd'hui à permettre à la société de garder sa puissance retrouvée. Aussi, il n'est qu'une seule alternative pour contrer cette dérive vers une dictature déguisée et faire bouger les choses dans le bon sens.

Elle consiste à ce que les associations et les organisations des plus actives de la société civile agissent de concert au niveau de chaque gouvernorat et de chaque municipalité pour imposer aux autorités leur droit, en tant qu'acteurs apolitiques et compétents, à exercer le pouvoir au nom du peuple qu'elles représentent bien mieux que ses occupants actuels.

La société civile doit donc, sans plus tarder, appeler à la tenue des assises des acteurs de la vie sociale par gouvernorat afin de se charger d'élire des représentants qualifiés par municipalité et par gouvernorat, appelés à entrer en pourparlers avec les autorités en place en vue d'un transfert rapide de leurs compétences pour ces représentants qualifiés. Ainsi, l'exercice du pouvoir sera enfin exercé démocratiquement par le peuple par l'intermédiaire de la société civile qui incarne seule de nos jours la démocratie directe et participative dont rêvent les Tunisiens.

Les autorités nationales ne doivent pas s'opposer à une telle démarche citoyenne; elles doivent même la faciliter et l'encourager, car elle est véritablement de nature à réconcilier avec la politique un peuple remonté contre ses élites, rejetant désormais ses anciens représentants. Ces derniers ne font qu'abuser d'une telle qualité et ne doivent plus ignorer le rejet populaire dont ils font l'objet.

La société civile, avec ses acteurs les plus actifs, viendra ainsi épauler les compétences nationales placées au gouvernement, étendant le principe de compétences au service du pays à tous les échelons du pouvoir en Tunisie, notamment à l'échelle locale et régionale, les seules qui comptent pour l'édification d'un État démocratique qui ne saurait demeurer centralisé comme il tient à le rester.

Ce faisant, on ne veillera pas seulement à la préservation de l'acquis démocratique, mais on agira activement pour la réinvention de l'idéal démocratique qui est en passe d'être tué dans l’œuf aujourd'hui par les appétits partisans d'un autre temps.

Publié sur Nawaat