2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 27 avril 2015

Terrorisme mental 8

Auschwitz, les Arabes et l’islam de l’Occident




Dans un récent article,* M. Mohamed Sifaoui, pratique ce que les juifs nomment avec cette pertinence de la judaïté, vieille âme humaine : être un juif honteux.

La honte arabe ici est cet article qui, partant d’un sentiment salutaire de dénonciation de l'antisémitisme et la xénophobie, se révèle manichéen.

Erreurs historiques

Visitant Auschwitz, l’auteur relève la "folie meurtrière" de l'idéologie nazie et ses relents nauséabonds dans les têtes, rappelant avec raison que les camps ne "concernent pas seulement les juifs (étant des) lieux de mémoire et d'histoire (qui) concernent et interpellent l'humanité".

Or, notre ami se focalise dans son interrogation des religions, sur une seule chargée des turpitudes des siens à « une époque où le fanatisme de certains hommes (et de femmes) continuent de tuer au nom de Dieu ».

Quand il dit « le juif, "cet être si détestable" n'inspire pas le mépris, il suscite la haine, en tout cas jamais la compassion. C'est presque culturel », M. Sifaoui se trompe sur le sentiment populaire et sur l’histoire. Il n'y a jamais eu de haine particulière du musulman envers le juif, plutôt du chrétien auteur du génocide de ceux qu'il considérait coupables du meurtre du Christ.

Il est aussi contraire à l'histoire de parler de « 14 siècles de judéophobie musulmane ». En l'occurrence, on tait la vérité en restant à la surface des apparences, se limitant à leur écume au lieu d'aller en leur creux.

C'est l'Occident qui a installé la dynastie wahhabite et qui soutient les régimes les musulmans plus rétrogrades. C'est encore lui qui encourage Daech, directement ou indirectement, et accepte les drames actuels en Méditerranée et dans nombre de pays d’un monde saisi par une fièvre dite islamiste dont il est acteur majeur.

Tromperie sur l’islam

L’islam meurtrier d’aujourd’hui est d'inspiration judéo-chrétienne, l'intégrisme musulman puisant bien plus dans la tradition judaïque que dans les préceptes purement islamiques, humanistes, tolérants et universalistes, ainsi qu’en rend compte l'islam soufi, seul islam vrai.

Seul le mausolée du saint soufi est en mesure actuellement de contrecarrer l'oeuvre démoniaque de l'islam intégriste judéo-chrétien. Seul le soufisme sauvera l'islam !

Or, on sait ainsi à quel point un Occidental comme Bourguiba, par exemple, malgré son oeuvre salutaire contre l'obscurantisme, a raillé cet islam populaire, faisant du coup entrer dans le fruit réformiste le ver intégriste.

De cela, on ne veut pas parler, ou si peu, car contraire à l'intérêt de l'Occident. En parler suppose de s’acheminer enfin vers un retour au partage en Palestine, seule légalité qui vaille, et l'ouverture des frontières en Méditerranée, issue fatale aux drames actuels et perspective unique de paix dans la région. L'Occident n’en veut pas, quitte à jouer à l'apprenti sorcier, se servant de dirigeants arabes qui se servent de leurs peuples.

Prenons l'exemple de la Tunisie, valable aussi pour le Maroc. L'Occident est aux petits soins avec le leader islamiste supposé donner une touche modérée à l’islam. Or, son islam reste liberticide et inhumain ; sinon pourquoi ne dit-il pas que l’islam n’interdit pas l’homosexualité ? Pourquoi n’agit-il pas pour que la Tunisie établisse enfin des relations avec Israël comme j’y appelle ?       

Ce n'est pas le peuple arabe, particulièrement en Tunisie, qui est contre l'évolution de l'islam vers plus de démocratie et d'humanisme, mais ses dirigeants soutenus par un Occident autiste dont la politique est devenue criminelle.

L'islam, le vrai, est soufi; il est populairement humaniste, libertaire et même hédoniste. Je le vérifie tous les jours dans un contact quotidien avec les Tunisiens les plus humbles. Il est temps que les élites se réveillent de leur déconnexion suicidaire avec les réalités sociologiques de leurs pays !

Élites conservatrices

Nos élites se trompent dans la lecture de la mentalité de leur peuple, le pensant dogmatique et conservateur alors qu'il ne l'est qu'à la surface, étant conditionné par un cadre légal et mental répressif et obligé de s’y adapter pour vivre en rusant. Surtout qu’il a affaire à une minorité activiste qui agit violemment pour garder les choses en l'état avec un islam obscurantiste, judéo-chrétien.

Le mal est très profond, dit justement M. Sifaoui, et il est temps de se rendre à l'évidence de cette part du diable en nous, une part obscure intrinsèque dans la nature humaine qu'il nous appartient de limiter à l'extrême.

Dans ce combat incessant, on ne peut se limiter à demander au malade de faire l'effort de guérir si le médecin l'empoisonne. C'est ce que fait l'Occident en violant sciemment ses valeurs !

Si le propos de M. Sifaoui est juste et nécessaire en cette période de confusion totale des valeurs, il est toutefois par trop orienté, marqué par un coupable tropisme mettant à la charge d'une seule partie une responsabilité la dépassant, impliquant d'autres parties qui agissent dans l'ombre.

Disons donc à M. Sifaoui que si les Arabes ne visitent pas Auschwitz, c'est que nombreux parmi eux trouvent qu'ils vivent quotidiennement Auschwitz. Certes, il n'y a aucune comparaison rationnellement, mais on sait que l'imaginaire tient peu compte de la rationalité cartésienne.

Aussi, il est important que les militants des droits de l'Homme prêtent attention à cet aspect des choses et au lieu de dénoncer juste la Shoah hitlérienne, dénoncent toutes les Shoahs modernes qui ne se font que grâce au soutien de l'Occident aux régimes arabes en place et à Israël.

Que M. Sifaoui sache ensuite que les politiques arabes en place usent de ce sentiment pour faire carrière avec le soutien des Occidentaux eux-mêmes qui n'ont pas intérêt à ce que les mentalités arabes évoluent dans un sens contraire à ses intérêts immédiats que le maintien du statu quo maintiendrait. Cela suppose que l'islam soit toujours antisémite et obscurantiste, seul islam convenant aux politiciens occidentaux et à leurs alliés au pouvoir.

L'auteur finit sur une note de désespoir, concluant que « se désintéresser de la Shoah, ce n'est pas de l'antisémitisme. C'est juste un manque d'humanité ». Relativisons son pessimisme en rappelant que les Arabes étant aussi sémites, ils ne sauraient être anti-eux-mêmes. 

L'humanisme, de plus, ne saurait être à géométrie variable, supposant donc que la parole de vérité s'attaque à tout dogmatisme, cette banalité du mal d'Orient et d'Occident, religieux ou profane. 



Publié sur Al Huffington Post