2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

mercredi 27 mai 2015

Contre l'islamohomophobie 8

Quand les ennemis de la démocratie s'accrochent aux lois scélérates de la dictature




L'affaire  de l’association Shams fait tomber le masque des faux patriotes, ceux qui ne cherchent qu'à pérenniser leurs intérêts, s'accrochant aux lois scélérates de la dictature.
Car, il n'est plus besoin de démontrer que l'article 230 du Code pénal est une loi scélérate, héritage du colonialisme et violant l'islam.
Le masque est tombé
On nous dit que l'homsensualité/homosexualité est contraire à la loi et contraire aux traditions du pays. Ce qui est archifaux. De plus, nos politiciens ne sont-ils pas tenus de réformer les lois injustes de la dictature ? Comment en usent-ils pour limiter les revendications populaires pour plus de droits et de libertés ?
La loi homophobe est contraire à la sociologie du pays dont le peuple est sensuel dans l'âme, libertaire et aimant vivre, acceptant la différence, célébrant l'altérité.
De plus, il n'y a aucun interdit de l'homosensualité ni dans le Coran ni dans la Sunna authentique;1 il n'y a que du récit, interprété selon la tradition judéo-chrétienne, étendant en islam ce qui existe dans la Bible.
Cela se retrouve dans l'article 230 qui a repris l'interdiction qui existait dans la législation du colonisateur,2 la France n'ayant aboli l'homophobie qu'en 1982.
Nos autorités doivent arrêtent de porter le masque de la tromperie, pratiquant la désinformation, empêchant certains jeunes de vivre leur vie selon leur nature telle que voulue par Dieu. Ainsi fait-on pousser vers l'extrémisme ceux à la recherche d’un sens à donner à leur vie gâchée par le terrorisme mental des professionnels de la désinformation.
L’affabulation de M. Ghannouchi
Hier, M. Ghannouchi vantait auprès du public étranger ses convictions démocratiques, osant dire qu'il était contre la criminalisation de l'homosexualité !
Au public tunisien, il ose affirmer que cette pratique — qui ne regarde que la personne et sa vie privée, sacrée en islam ­ — est contraire à notre religion.
Il s’agit d’une désinformation gravissime, car elle mine le processus démocratique à la base. Et le patriote aujourd'hui est celui qui agit activement pour l'abolition des lois de la dictature dont l'article 230 est une des plus belles illustrations. L'abolir, c'est militer pour le vivre-ensemble paisible et pour la démocratie.3
Il y a une proposition de loi4 qui a été faite ici même. Que M. Ghannouchi, s'il ne veut pas être traité de menteur, demande à ses députés de la présenter à l’ARP !
La promesse non tenue de M. Essebsi
Il en va de même pour le président de la République qui a oublié ses promesses électorales. Où est donc son engament pour dépénaliser le cannabis ?
Le gouvernement a présenté un projet de loi5 qui s’est révélé en deçà de toutes les attentes, y compris celles découlant des préconisations des Nations-Unies appelant à une totale dépénalisation de la consommation du cannabis.6
Qu’attend donc le président de la République pour tenir ses engagements envers des électeurs en attente de l’État civil ?
Il semble trop s’aligner sur les positions rétrogrades et liberticides de son allié encombrant ; est-ce cela le prix du compromis historique devenant un compromis anhistorique ? C’est Bourguiba qui doit se retourner dans sa tombe !
Le faux argument du conservatisme et de la morale

Les uns et les autres nous sortent la rengaine du conservatisme de la société et celui de la morale, oubliant que la vraie politique est l’art de rendre possible l’impossible. 

De plus, s'il est un acte immoral, c'est celui qui viole ce qui est constant dans la société et les moeurs; à savoir la parfaite tolérance chez nous des homosensuels et de la consommation du cannabis, moins pernicieux pour la santé que la cigarette.
S'il est un conservatisme en Tunisie et au Maghreb, il est plutôt dans la tête de nos élites coupées des réalités, qui en usent pour garder leurs privilèges en versant dans une totale confusion des valeurs.
Ainsi, d'aucuns confondent l’homosexualité avec la pédophilie et l’immoralité, alors qu'il n'y aucun rapport entre eux, l'homosexualité étant une pratique sensuelle comme une autre.
S'agissant de la pédophilie, elle est le fait de pervers qui relèvent encore plus du sexe majoritaire. Il en va de même de l'immoralité assez répandue dans la société auprès des hétérosexuels, adeptes du sexe  majoritaire.
Abolir l’article 230 du Code pénal, c’est servir la démocratie
Il est donc temps d'en finir avec l'hypocrisie ambiante qui conforte les ennemis de la démocratie en Tunisie ! Il est temps d'oser réformer les mentalités en commençant pas abolir les lois scélérates, toutes les lois scélérates, sinon c'est le modèle tunisien qui va être assassiné par ses ennemis de l'intérieur et de l'extérieur !
Et qu'on ne dise pas que ce n'est pas le moment, que le pays a d'autres urgences ! Car il  n'y a rien de plus urgent que d'agir sur ce qui bloque le mental par des freins inconscients travaillant au rejet d'autrui, alors que son acceptation est la condition sine qua non du vivre-ensemble démocratique.
L'abolition de l'article 230 permettra d'agir dans le bon sens, ne serait-ce qu'en démasquant les faux patriotes, ennemis des libertés et de la démocratie. 
C'est ce que révèle l'affaire Shams, levant le voile sur la flagrante duplicité de qui prétend que militer pour les droits des minorités n’est pas synonyme de militance pour la cause homosensuelle, cause minoritaire par excellence.
Appel aux patriotes de Tunisie 
Patriotes de Tunisie, c'est le moment de dénoncer les ennemis du pays en exigeant la dépénalisation de l'homosensualité et de la consommation du cannabis comme premier pas vers l'abolition des lois les plus scélérates de la dictature.
Que les députés honnêtes, à défaut du gouvernement, prennent donc l'initiative de proposer et de voter, toutes affaires cessantes, l’abolition de telles lois en vue de consolider les droits et les libertés !
Ainsi, ils ne feront que se conformer à la Constitution et à leurs engagements de servir la Tunisie, la vraie et non celle que veulent certains, inféodés à l'étranger. 
C’est le moment de démontrer qui est patriote et qui ne l’est pas ou plus.

NOTES :


 Publié sur Al Huffington Post