2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

dimanche 8 février 2015

Éthique islamique 1

Condamnation pour homosexualité du Suédois : un quadruple scandale



Le 4 février, en Tunisie, un quinquagénaire suédois a été condamné à deux ans de prison pour homosexualité. C'est un quadruple scandale dans un pays qui s'est doté d'une constitution garantissant les droits et les libertés, rejetant toutes les discriminations.
Un quadruple scandale
Le premier est justement la violation des principes consacrés par cette constitution.
Le second est le fait que ces principes ne soient pas encore entrés en vigueur autorisant des jugements iniques comme celui qui nous occupe.
Le troisième est que ce jugement a été rendu sur la base d’une loi scélérate, parmi celles héritées de l'ancienne dictature et que les gouvernements issus de la révolution tardent encore à abolir.
Le quatrième est que l’article 230 du Code pénal est supposé se justifier par sa conformité avec l'islam. Or, il n'en est rien, car l'islam ne prohibe en aucune façon les rapports homosexuels.
Je l'ai démontré dans deux essais, en arabe et en français, dont a été rendu compte ici et ici.
Une loi scélérate
Qu'attend donc le nouveau pouvoir pour suspendre l'application d'une telle li honteuse qui non seulement viole l'islam, mais aussi la constitution et la démocratie?
Car l'égalité des droits est un principe démocratique cardinal, quelle que soit l'orientation sexuelle des personnes qui ne relève que de leur vie privée qui est sacrée, aussi bien en démocratie qu'en islam.
On apprend qu'un appel a été interjeté. Il serait de l'honneur de la Tunisie que le ministère public plaide le non-lieu pour obsolescence de la loi.
Et le ministère serait bien inspiré de saisir cette occasion pour édicter un moratoire à l'application d'un aussi honteux texte en attendant son abrogation que la nouvelle assemblée ne devrait pas tarder à décider dans le cadre de la réforme plus qu'urgente de l'arsenal liberticide de la dictature actuellement en vigueur.
Des lois faites pour dominer la société
Il ne faut pas oublier que de telles lois n'ont aucun fond moral, leur seule légitimité étant l'illégitime volonté du pouvoir en place de dominer la société en niant les libertés citoyennes.
En effet, il est plus aisé et pratique de réprimer et d'asservir la société quand on dispose d'un arsenal de lois scélérates prétendument morales et qui ne servent qu'à punir tout écart de l'idéologie au pouvoir.
N'est-il pas tellement facile de briser l'avenir d'un jeune en le taxant d'usage de drogue ou de pratique homosexuelle?
Aussi, en attendant la dépénalisation de l'homosexualité, il va du sérieux démocratique du nouveau régime de ne pas tarder à décréter un moratoire à tout l'arsenal répressif du régime déchu. Car sa perpétuation ne sera que le retour en douce à la dictature. L'honneur politique du nouveau gouvernement est donc en jeu.

Publié sur Al Huffington Post