2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

samedi 8 novembre 2014

Repenser le monde 7

Élection présidentielle : ce que ne dit pas Ennahdha




Au bout du suspense, le verdict attendu est tombé : Ennahdha ne soutient officiellement aucun candidat. Comme il faut toujours revenir à l'officieux en politique, ce qui reste dans l'ombre, cela veut dire qu'Ennahdha soutiendra M. caïd Essebsi.

C'est ce que ne dit pas le président du Conseil de la Choura à l'issue de sa réunion dans la nuit du vendredi à samedi. Il faut bien comprendre qu'en la matière, c'est le plus que pouvait faire publiquement le parti de M. Ghannouchi.

Laisser le libre choix du vote à ses électeurs et à ses adhérents en les appelant à choisir la personnalité capable de conduire le processus démocratique, pour reprendre les termes de M. Fathi Ayadi, c'est les renvoyer à leur intime conviction et à leur conscience; un exercice de style dans lequel excelle le parti islamiste.

Or, en la matière, on connaît la discipline des troupes d'Ennahdha qui chercheront à connaître la position du chef pour suivre son exemple. On ne manquera alors pas de leur dire ou montrer, d'une manière ou d'une autre, que les faveurs déclarées ou pas du chef vont au candidat n° 7, le chiffre qui portera chance au parti assuré ainsi d'avoir du poids non seulement dans l'élection, mais aussi dans le gouvernement du pays.

Il faut souligner ici que l'argument majeur utilisé dans les instances du parti Ennahdha est que la page des élections est désormais tournée et qu'il faut se concentrer sur les prochaines élections régionales ou locales sur lesquelles portent tous ses espoirs. Aussi, une présence impérative au futur gouvernement assurera les meilleures conditions au parti pour bien préparer ces élections, les seules stratégiques désormais à ses yeux au vu de la donne actuelle au pays.

Avec un tel soutien attendu du parti Ennadha en plus de ceux qui ne vont pas tarder de la part des autres composantes politiques du pays, c'est un boulevard qui est donc ouvert au chef de Nida pour une entrée triomphale à Carthage dès le premier tour. Félicitations d'avance, M. le président Caïd Essebsi !