2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 17 mars 2014

Une centralité souterraine 5

L'islam, une religion américaine?





C'est le titre provocateur de Nadia Marzouki paru le 2 mai 2013 aux éditions du Seuil. Chargée de recherche au CNRS et membre du Centre d'Études sociologiques et Politiques Raymond Aron (CESPRA) de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris, l'auteur constate que désormais les Américains discutent de l'islam dans des termes semblables à ceux connus chez les Européens. Qu'on en juge !
Outre-Atlantique, on parle de plus en plus de la taille des nouvelles mosquées de quartier et du contenu des prêches, on se mobilise pour interdire la circoncision au nom des droits des enfants, on discute du droit des musulmanes à porter le foulard sur leur lieu de travail et à l’école, on revendique ou on proteste contre un jour de congé officiel à l’école le jour de l’aïd, on défend ou on s’insurge contre la vente des produits halal dans les commerces bio.
Se demandant moins ce qu'il est arrivé aux Américains que tentant de l'expliquer, Madame Marzouki démontre un fait indubitable que l'islam est devenu, pour une partie importante du public américain, non plus simplement un problème de sécurité ou de politique étrangère, mais aussi un véritable problème de politique intérieure et de société.
Le plus important dans sa démonstration est de réaliser à quel point et dans quelle mesure les polémiques actuelles expriment en réalité et au-delà d’un problème d’islam, une véritable contestation bien profonde d’une certaine conception de la démocratie libérale et séculière.
On ne peut pas mieux exprimer la thèse de plus en plus répandue que la démocratie formaliste en Occident est saturée et qu'il urge la réinventer et non plus de la singer comme on cherche à le faire en Tunisie. Avis à nos intellectuels et surtout nos politiques !
Notons que le ivre fera l'objet d'un séminaire scientifique en présence de l'auteur le 1er avril prochain dans le cadre des activités du groupe de recherche «Analyse comparée des politiques de laïcité ou de sécularisation» du Centre d'Études et de Recherches Internationales CERI/Sciences Po , rue Jacob, à Paris.

Nadia Marzouki, L´Islam, une religion américaine? Paris, Le Seuil, La couleur des idées, 2013, 311 pages.

Publié sur Leaders