2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

mercredi 29 août 2012

Un monde postmoderne 9


Open letter to the Ambassador of the United States in Tunis : Consolidate the gains, Mr. Ambassador !*
* L'original français est reproduit à la fin de la lettre.
Mr. Ambassador,

I am writing to you as a former career diplomat.
Today, no one denies anymore the major role played by your country in the success of the Tunisian revolution, and many are grateful to the US despite a lingering anti-American feeling in the country.
I have always considered this feeling artificial, only covering up a more complex reality in which the Tunisian's touchy sense of his dignity makes him tip one way or the other without necessarily being utterly convinced ; his conviction being centered on his main concern, shaped by his conception of dignity which could be summed up in his propensity to enjoy his freedom no matter how or at what cost.
Tunisians enjoy a specificity, and if we had to sum it up in one word - even though it will fall short of qualifying its richness - we would say that the word dignity sums up Tunisianity.
Nonetheless, it is not this same dignity that is found elsewhere and which is inherent to Arab mentality for instance. True, it is a staunch untamable dignity, but appearing indolent, a kind of an iron hand in a velvet glove; because it includes a propensity to boundless freedom which is tied down by an obvious sensitivity resulting from a continuous tension aiming at reaching an ideal that is watered down by an attachment to the present, often taking up the features of a traditionalist authenticity, even if the latter takes up with time different and original shapes that surface every now and then, especially at major events.
Today, you notice a growing feeling of friendship towards the US and the varnish of animosity developed by ideologists and Manichean politicians is peeling off, in the wake of the concrete initiatives that the current US administration undertook, thus following the will of the Tunisian people and transforming a revolution, which could have remained only virtual, into a real coup of the people, thus changing the face of politics and even geopolitics in Tunisia.
However, Tunisia needs US support and guidance in the self determination and establishment of a cherished democracy, in favor of the return of stability and the smooth running of the new political institutions.
Today, to understand Tunisia and earn its heart for ever, is to meet one of its major requirements which is freedom of movement with visa free travel. It is a right Tunisian citizens should enjoy as its youth showed political maturity.
The People's Coup in Tunisia was one for dignity and this dignity is first of all the right to move around freely. Thus, the first mass movement of this revolutionary youth that ensued, was the rush towards inaccessible grounds, somewhat like the rush towards the West or The Conquest of the West in the US. It was not in search of an illusory Eldorado, as some foolishly thought, or the escape from a revolution they had yet just succeeded in making! It was merely a highly symbolic act in order to recall to mind that this youth revolution was one for dignity and that this dignity is initially the right to move freely. It was then a political manifesto written with « the thumping of feet ». What better prospect could one hope for a youth yearning for freedom?
Today still, Europe, beset by an economic and moral crisis, keeps turning a deaf ear to the legitimate expectations of Tunisians, thus with a kind of « suicidal autism», worsening its blindness to blinding realities at its door. In so doing, it fails yet another golden opportunity to make its own revolution, especially a mental one and risks finding itself for a long time excluded from a country which was its preserve and which remains granted for the major part, but certainly no longer for a long time.   
The United States are requested to finish off what they started, and provide support and guidance to the budding democracy, because I believe that the situation in Tunisia will become steady only through an outside action, in the same way as its revolution. The US are therefore expected to extend the will of the people towards a political modernity by the recognition of its corollary : the first right of man, that of moving freely without borders or visas to restrict him.  
This right, sooner or later, will become reality in a world that has turned into a « village», where borders only maintain an obsolete notion of a national and even nationalist state through artificial survival. Let Obama's USA be the first to recognize this right !
Obviously, I place my statement on the symbolical scale which without being as relevant as other legal and economic aspects of states' dependence on imperialism, has, on a sociological scale and in the long run, more impact on consciences, and can but lead to other consequences, because, as the saying goes : « He who can achieve grand things can achieve lesser things ». Therefore, removing visas is also clearing the debts of the poorest states, reviewing terms of trade...; in a word somewhat moralizing a political and economic system which has gone mad to the extent of entailing irrational reactions even among the wisest.
Mr. Ambassador,
Coming from a former diplomat, this statement may at first glance surprise you, showing as for many politics, even among my fellow citizens and former colleagues, an unreal even cranky sense of international realities. Whereas this principle is no longer relevant in our postmodern era ! And the real fight for values, as you know it so well, is to go against generally accepted ideas, even to take the risk of seeming unrealistic, because the truth always seems preposterous at the beginning before establishing itself and becoming even absolute. The truth is a horizon towards which we must turn. Tomorrow's truth is the lifting of all borders for the ciculation of citizens from democratic countries.   
This is the direction of the anthropological path of today's comprehensive sociology. It implies that political and diplomatic action should no longer yield to subjectivity, and should - without a beneficial reaction - comply with objective intimation, even to the extent of surprising or causing laughter; but then laughter will certainly not be «Voltaire's laugh» and such reproving astonishment will not at all pertain to the necessary phenomenological injunction inherent to astonishment.
Certainly, you would say, visa does not prevent one from traveling abroad and it is even required in countries with a long democratic tradition, but you will certainly agree this kind of response is rather more of a sophist one, because it allows more room for stonewalling and challenges the symbolic part of the issue, not to mention sociological and political aspects inherent to relations between Nations and in the practice of visa delivery.
Whether we like it or not, this latter pertains to a practice of exclusion integrated in an unfair international system, enslaving the South to the North. Reviewing its philosophy in view of what happens in Tunisia is doing a salutary and necessary deed questioning a global political and economic system which is out of breath and even dying, walking on its head whenever, since it is a liberal system only by its conception of free trade of goods.
Thus, if only through its position as the leader of the liberal world, let your country give the determining signal towards the extension without restrictions of the liberal economic model to the human domain by calling on to a new sacrosanct principle « Laissez-faire, laissez-passer » for the citizens of democracies ! In so doing, it will be in strict compliance with the imperatives of life identified by postmodern sociologists : the passage from the «must be» to the «let be».

Yours sincerely.

P.-S. :
    In the article hereafter referenced, I suggest a solution which is likely to meet the requirements of all parties from the point of view evoked by this letter. I would like to draw your attention to it.

Pour un visa biométrique de circulation pour les Tunisiens, publié sur Nawaat et ici, sur Tunisie Nouvelle République.

Lettre ouverte à l'Ambassadeur des États-Unis à Tunis : Transformez l'essai, Excellence !

Excellence,
C'est en ma qualité d'ancien diplomate que je vous écris.
Tout le monde ne nie plus aujourd'hui le rôle majeur joué par votre pays dans l'aboutissement heureux de la révolution tunisienne, et nombreux sont ceux qui le lui savent gré malgré les relents d'antiaméricanisme encore latents au pays.
J'ai toujours considéré ce sentiment comme artificiel ne recouvrant qu'à la surface une réalité bien plus complexe où le sentiment à fleur de peau de sa dignité fait se pencher le Tunisien dans un sens ou dans l'autre sans nécessairement emporter une conviction totale et définitive. Car celle-ci demeure axée sur son intérêt premier façonné par une conception de la dignité qu'on peut résumer par une propension à jouir de sa liberté quelle que soit la manière pour ce faire et quel que soit le prix à y mettre.
Cette dignité résume la spécificité du Tunisien, même si ce mot reste fondamentalement réducteur du fait de la richesse de la Tunisianité.
Car il ne s'agit pas de la dignité que l'on retrouve ailleurs et qui est inhérente à la mentalité arabe, par exemple. Elle est certes une dignité farouche, indomptable, mais sachant garder une apparence d'indolence, une sorte de main de fer dans un gant de velours. En effet, elle intègre un penchant à une liberté sans limites qui est, dans le même temps, marquée par une émotivité certaine du fait d'une tension continue vers l'idéal; et cette tension est tempérée par un attachement à un sens du réel qui prend souvent les traits d'une authenticité traditionaliste. Cependant celle-ci puise, à longueur du temps, nombre de cachets originaux qui viennent à la surface de temps en temps, notamment lors des événements majeurs.
Vous voyez aujourd'hui la sympathie grandir pour votre pays et le vernis d'animosité travaillé par des idéologues et des politiciens manichéens éclater sous les initiatives concrètes que votre gouvernement actuel a eu l'intelligence de prendre dans les stricts prolongements de la volonté populaire tunisienne telle qu'elle s'est manifestée récemment et qui a transformé une révolution pouvant demeurer juste virtuelle en un réel Coup du peuple changeant la face de la politique en Tunisie et de la géopolitique même.
Or, le rôle que l'histoire a réservé à votre pays n'est pas terminé. Vous l'avez compris, il consiste à soutenir à fond la démocratie naissante en Tunisie pour une complète réussite avec le retour à la stabilité et le fonctionnement serein des institutions politiques nouvelles.
Aujourd'hui, comprendre la Tunisie, gagner durablement son cœur, c'est répondre à l'une de ses exigences majeures qui est la liberté de mouvement de ses citoyens, un droit gagné grâce à ce que sa jeunesse a démontré de maturité politique.
Le Coup du peuple en Tunisie était motivé par une quête de dignité et celle-ci était avant tout de circuler librement. Il est ainsi un signe qui ne trompe pas : le premier mouvement de masse de cette jeunesse révolutionnaire qui a suivi sa révolution a été la ruée vers des terres inaccessibles naguère, comme ce fut chez vous la ruée vers l'Ouest. Ce ne fut pas à la recherche d'un Eldorado illusoire, comme d'aucuns ont bêtement pensé, ou la fuite d'une révolution qu'ils venaient pourtant de faire réussir! Ce fut tout juste de la part de cette jeunesse un acte hautement symbolique afin de rappeler que sa révolution fut pour la dignité et que cette dignité est d'abord son droit d'aller et venir librement. Ce fut donc un manifeste politique écrit avec les pieds! Fallait-il un meilleur dessin de ce but d'une jeunesse avide de liberté, cette liberté qui fait l'essentiel de son être, soit sa dignité?
Aujourd'hui encore, l'Europe enfoncée dans sa crise qui est non seulement économique, mais aussi morale, continue de faire la sourde oreille aux attentes légitimes du Tunisien. Ainsi elle aggrave par son autisme suicidaire une cécité face à des réalités à sa porte qui sont aveuglantes. Ce faisant, l'Europe (et plus particulièrement la France), rate encore une occasion en or de faire sa propre révolution, mentale surtout, et risque de se retrouver pour longtemps exclue d'un pays qui était sa chasse gardée et qui lui reste encore pour l'essentiel acquis; mais certainement plus pour longtemps.
Que les États-Unis terminent ce qu'ils ont commencé, car la situation en Tunisie ne se stabilisera que par l'action de l'extérieur dans le sens de sa révolution! Qu'ils prolongent donc la volonté populaire vers la modernité politique par la reconnaissance de sa conséquence inévitable. Il s'agit du premier droit de l'Homme, celui d'aller et venir librement sans frontières ni visa pour le restreindre.
Ce droit, tôt ou tard, sera une réalité dans un monde devenu un village. Or, les frontières ne font que maintenir en une survie artificielle en ce monde, une notion obsolète d'État national ou nationaliste. Que les États-Unis d'Obama soient les premiers pour la reconnaissance de ce droit!
Bien évidemment, je me situe ici sur le plan essentiel de la symbolique. Ce plan est peut-être moins pertinent que celui des  aspects juridiques et économiques de la dépendance des États de l'impérialisme; toutefois, sociologiquement, il a plus d'influence sur les consciences à long terme et ne peut qu'entraîner d'autres conséquences. Car l'adage dit : Qui peut le plus peut le moins. Ainsi, lever le visa c'est aussi effacer les dettes des États les plus pauvres, c'est revoir les termes des échanges...; en un mot, c'est moraliser un peu le système économique et politique devenu fou au point de commander des réactions irraisonnées même chez les plus sages.
Excellence,
Venant d'un ancien diplomate, ces propos peuvent vous étonner de prime abord. Ils manifesteraient, comme chez un certain nombre de politiques, y compris parmi mes compatriotes et les anciens collègues, un sens irréel, farfelu même des réalités internationales par référence au principe de réalité. Or, ce principe n'est plus d'actualité dans l'époque postmoderne qui est la nôtre! Et le vrai combat pour les valeurs, comme vous le savez si bien, c'est d'aller à l'encontre des idées reçues quitte à paraître irréaliste; car la vérité commence toujours par être saugrenue avant de s'imposer et même devenir absolue. La vérité est un horizon vers lequel il faut se tourner; or, la vérité de demain est la levée des frontières pour la circulation des ressortissants des pays démocratiques.
C'est le sens du trajet anthropologique de la sociologie compréhensive d'aujourd'hui, l'action politique et diplomatique ne doit plus se plier à la subjectivité et demeurer sans réaction salutaire, soumise à l'intimation objective. Et ce quitte à étonner, faire rire; car alors ce rire ne sera certainement pas le rire de Voltaire  et cet étonnement réprobateur ne relèvera nullement de l'injonction phénoménologique nécessaire qui est celle de l'étonnement. 
Certes, me diriez-vous, le visa n'est pas un empêchement à circuler et il est même exigé de pays ayant une longue tradition démocratique; mais cela, vous en conviendrez, relève plutôt du sophisme, car il relève de la langue de bois et ignore la charge symbolique qui s'attache à la question, sans parler des aspects sociologiques et politiques inhérents aux rapports entre nations et aux pratiques de délivrance du visa.
Qu'on le veuille ou non, ce dernier relève aujourd'hui d'une pratique d'exclusion intégrée dans un système international injuste asservissant le Sud au Nord. En réviser la philosophie à la faveur de ce qui se passe en Tunisie, c'est faire une salutaire et nécessaire œuvre de remise en question d'un système politique et économique mondial essoufflé et même moribond, marchant quand il le peut encore sur la tête puisqu'il n'a de libéral que sa conception de la libre circulation des marchandises.
Aussi, que votre pays, ne serait-ce qu'en sa qualité de chef de file du monde libéral, donne le signal déterminant vers l'extension sans restriction du modèle économique libéral vers le domaine humain et ce en appelant, en faveur des citoyens des démocraties, au laissez faire laissez passer ! Ce faisant, on sera en stricte conformité avec les impératifs de la vie relevés par les sociologues postmodernes et qui est le passage du « devoir être » au « laisser être ».

Veuillez agréer, Excellence, l'assurance de ma très haute considération.

P.-S. :
Dans l'article ci-après référencé, je propose une solution de nature à concilier les exigences des uns et des autres dans la perspective évoquée par cette lettre. Je me permets d'y attirer votre attention.

Pour un visa biométrique de circulation pour les Tunisiens, publié sur Nawaat et ici, sur Tunisie Nouvelle République.