Il est temps enfin pour une révolution copernicienne en matière de libertés privées ! Voici le projet de loi 3  en 1 en arabe et en français. Qui pour le défendre dans les médias et le proposer au parlement ?

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

vendredi 4 mai 2018

Dynamisme organique 8

L’entrée à reculons de la Tunisie en démocratie




La Tunisie, comme le notait Valéry parlant des hommes qui « entrent dans l’avenir à reculons », fait de même pour ce qui est de sa démocratisation.

Gouvernement local contre gouvernement national

Ainsi se soucie-t-elle d’élections municipales quand elle n’a pas encore abrogé les lois scélérates de la dictature, étant encore sous le règne de la législation de l’ancien régime.
Elle s’est récemment dotée d’un Code des collectivités locales entendant instituer la démocratie locale et la décentralisation quand la Constitution est restée lettre morte pour l’essentiel de ses acquis en termes de droits et de libertés.
La raison tient à ce qu’on a appelé consensus historique entre les deux plus grands partis, l’islamiste Ennahdha et le supposé moderniste Nida et le mode de scrutin proportionnel taillé sur mesure pour l’avantage de ces deux partis.
Si les municipales n’ont pas été les premières élections du pays, alors que la situation catastrophique des villes l’imposait, c’est que les nouveaux profiteurs du pouvoir, tout autant que les anciens revenus en grâce, ont cherché d’abord à s’assurer le contrôle de l’État après une période de transition calamiteuse ayant accompagné l’adoption au forceps d’une constitution devant consacrer l’évolution du pays vers la démocratie.
Aussi a-t-elle été tenue en échec par les lois du régime déchu que n’ont pas osé abroger les nouveaux gouvernants entendant plutôt en profiter. Au vrai, ce sont les prochaines échéances électorales de 2019, les législatives et surtout la présidentielle, qui concentrent l’attention des partis toutes tendances confondues, et surtout les deux plus grands.
Entre le deux plus grands partis du pays, il y a aurait même eu accord pour une nouvelle entente : les villes, ou la plupart d’entre elles, seront gouvernées par les islamistes qui laisseront les supposés modernistes gouverner à leur guise.

Réformer la législation, préparer les futures élections

On s’attend, en effet, au changement du gouvernement au lendemain des municipales avec l’arrivée d’une nouvelle équipe qui serait homogène avec un homme de confiance du président de la République. On parle de l’actuel ministre de la Défense ou encore du ministre des Affaires étrangères.
Outre de satisfaire les exigences de la puissante Centrale syndicale, le nouveau président du Conseil aura pour mission de réformer la législation obsolète du pays ou, du moins, certains de ses aspects les plus honteux, dont notamment le projet phare sur lequel s’est engagé le président de la République portant sur l’égalité successorale.
En effet, et comme il l’a fait pour l’achèvement de la mission de l’IVD, l’Instance Vérité et Dignité, le parti Ennahdha ne s’opposera pas au passage de cette loi, et peut-être même d’une autre, aussi symbolique, telle l’abolition de l’homophobie. Faut-il, pour cette dernière initiative hautement symbolique, que la volonté soit aussi présente de la part du parti du président; ce qui est loin d’être le cas, nombre de ses membres étant homophobes, peut-être même plus que ne le sont certains islamistes dans l’entourage du M. Ghannouchi.
Ce dernier, tout à son rêve d’entrer en 2019 à Carthage, soignant son image, a déjà eu à se positionner sur nombre de questions sensibles, directement ou par l’intermédiaire de ses plus proches conseillers, déclarant ainsi ne pas s’opposer à l’abolition de l’homophobie ni même à la dépénalisation du cannabis.
En lâchant du lest sur le plan national, mais en exigeant le gouvernement local, il travaille ainsi à une destinée nationale au sommet de l'État et que son parti préparera bien mieux dans les villes que dans les ministères du gouvernement.
                
 Publié sur Réalités