2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 14 juillet 2016

Justesse de voix et de voie 1

Quel passé trouble de Moncef Marzouki ?



La dernière passe d'armes entre l'ancien et l'actuel locataire du palais de Carthage confirme ce qu'on a pu dire sur les folies des grandeurs et un certain syndrome de Carthage. La Tunisie a-t-elle donc été gouvernée par un président ayant eu un trouble mental dans sa vie ?
  
L'arroseur arrosé

En l'occurrence, la nécessaire objectivité impose de noter que c'est M. Caïd Essebsi qui a été agressé au point qu'il s'est trouvé en droit de répliquer aussi violemment qu'il a été attaqué; en appelle cela logiquement la bonne concordance des mesures.

Certes, on aurait pu légitimement espérer du président actuel encore plus de sagesse de sa part, bien à la mesure de son talent, de son expérience et de son âge. Peut-on, toutefois, reprocher à l'éducateur sa sévérité quand l'éduqué dépasse les limites de la correction, en méritant une bien bonne?

Le propos de M; Caïd Essebsi n'est pas anodin. Rappelons-le : "Je ne suis jamais allé dans un hôpital psychiatrique, ni en Tunisie, ni en France" a-t-il déclaré. On a tout de suite pensé, bien évidemment, qu'il faisait ainsi référence au bruit voulant que M. Marzouki ait été hospitalisé à l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne.*

On se rappelle d'ailleurs que le journaliste Zied El Heni avait déjà pointé et depuis longtemps du doigt les "défaillances dans les capacités mentales de Moncef Marzouki" confirmant ainsi de telles rumeurs d'internement à Paris**

En disant ce qu'il a dit, le président de la République n'a pas seulement lavé son honneur d'un affront indigne d'un  ancien président, il a jeté un véritable pavé dans la mare qui interpelle toutes les consciences : l'état de santé mentale de l'ancien président.

Faire lumière de nos zones d'ombres

A-t-il vraiment le passé trouble que laissent penser les propos de M. caïd Essebsi ? Et comme on ne peut mettre en doute la véracité de tels propos, de quelle nature était-il et était-il avéré lors de l'élection de M. Marzouki à la tête de l'État et lors de son mandat?

Il ne s'agit pas d'accabler l'ancien président, même s'il mérite ce qu'il endure aujourd'hui, car le passé rattrape toujours le présent et marque même l'avenir d'un homme, surtout en politique. Non, il s'agit tout simplement du devoir de tout un chacun dans un pays qui se veut de droit : est-on gouverné par des fous?
On a pu affirmer que c'est bien le cas, et ce devant être une vérité générale, pas une spécificité nationale. Il est vrai que le pouvoir peut rendre fou.

Mais il ne s'agit pas du sens figuré ici, plutôt d'une réalité bien plus terre à terre.
Au nom de la démocratie, il importe donc que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que la vérité soit dite au peuple : quel est, s'il est avéré, ce passé trouble de M. Marzouki?

A-t-il eu effectivement à souffrir d'un trouble mental  ayant entraîné son hospitalisation. Mais le plus important est de savoir si une telle affection a été totalement guérie, surtout si elle n'a pas affecté la capacité à gouverner de M. Marzouki.

Il y va de l'honneur de notre démocratie de faire toute la lumière sur l'état de santé mentale de ses dirigeants. C'est la santé de tout le pays qui en dépend !  

*




Publié sur Kapitalis