2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 21 septembre 2015

Ars erotica 5

Appel au Conseil national de l'ordre des médecins : Que la médecine tunisienne ne cautionne plus le test anal !


M. le docteur, bâtonnier de l'ordre national,

Un test anal honteux se pratique actuellement sur ordre de la justice et est exécuté par des médecins sur des jeunes que les forces de l'ordre soupçonnent d'homosexualité.
Un tel test est hautement condamnable, même s'il se fait sur la base de la législation actuelle, héritée de la dictature honnie.
Il s'agit de l'article 230 du Code pénal qui est scélérat et dont l'abrogation est demandée par tous les défenseurs des droits de l'homme.
Car cette survivance du protectorat viole la Constitution et une saine interprétation de l'islam qui n'est nullement homophobe.
Aussi le Conseil de l'Ordre des médecins est-il appelé à inviter les médecins tunisiens à se retenir de participer à la pratique illégale moyenâgeuse du test anal.
Ainsi honoreront-ils leur serment d'Hippocrate par lequel ils s'engagent à exercer la médecine en étant fidèles aux lois de l'honneur, en respectant toutes les personnes et leur volonté sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions et d'en protéger les affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. 
Car le test anal viole l'intégrité et l'honneur des jeunes forcés de le subir et les médecins tunisiens ne peuvent ni ne doivent prendre part à une telle atteinte intolérable à l'éthique et aux doits de l'homme. 
Ne se sont-ils pas engagés aussi à préserver l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de leur mission et que, même sous la contrainte, ils ne feraient pas usage de leurs connaissances contre les lois de l’humanité?
C'est bel et bien d'une loi contre l'humanité de certains Tunisiens qu'il s'agit avec le teste anal et il importe et urge que le Conseil de l'ordre sauve l'honneur de la médecine tunisienne en décrétant le refus d'assurer le test de la honte.
Car la Tunisie a besoin de recouvrer sa santé morale et elle ne peut que compter pour cela sur ses médecins ! 
Que la médecine tunisienne aide donc activement à ce que notre pays quitte les voies de traverse et retrouve dans l'action de ses serviteurs l'éthique que son peuple mûr mérite amplement, et ce par l'abolition en Tunisie du test anal et de son support, l'article 230 du Code pénal.