2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 21 août 2014

Une éthique politique 3

Six questions à M. Sarsar sur la nécessité de l'encre indélébile



De plus en plus de voix se lèvent pour dénoncer ce qu'elles qualifient ni plus ni moins de scandale de l'encre indélébile. Nous y a avons d'ailleurs consacré ici un article : L'encre sympathique est-elle vraiment utile pour les élections ?

Présentée comme une parade à la fraude, cette encre ne manque pas de susciter les questions suivantes que nous nous permettons d'adresser au président de l'ISIE, M. Sarsar :

1/ Est-ce que les listes électorales de l'ISIE ne sont pas assez bien tenues pour supposer une protection supplémentaire contre la fraude ? En effet, en toute bonne logique, des listes à jour, émargées le jour du scrutin, ne supposent aucun risque de fraude !

2/ Si l'encre est nécessaire, c'est que les listes ne sont pas suffisantes pour empêcher la fraude. Dans ce cas, est-ce que l'opération dans son intégrité même n'est pas déjà entachée de vice et ne doit pas être annulée pour cause de violation de conditions substantielles ?

3/ Que coûte cette encre pour le budget de l'ISIE pour un intérêt aussi minime ?

4/ Le recours à pareille encre, que nous avons vu généralisé à toutes les élections tenues dans le Sud depuis le Printemps arabe, ne sert-il pas certains intérêts qui en feraient un commerce juteux ? L'ISIE a-elle intérêt que l'opération dans elle est garante de l'honnêteté se transforme pour certains en pure opération commerciale ?

5/ Une telle encre réservée aux pays sous-développés n'est-elle pas un stigmate honteux pour notre pays et une dévalorisation de la maturité de son peuple et de la compétence des organisateurs de ses élections? 

6/ Certains assurent que le recours à l'encre relèverait de l'ordre des contraintes faites à notre pays par le capital étranger dans le cadre de sa vision mercantile de la démocratie; il serait donc une obligation de l'Occident aux pays sous-développés. Qu'en est-il pour la Tunisie?


Nous attendons de M. Sarsar les réponses qui s'imposent afin que  les qualités morales et professionnelles qu'on lui connaît se retrouvent dans la délicate mission dont il a la haute charge.

Publié sur Leaders