2018 sera, enfin, l'année de l’abolition de l’homophobie en islam ! Voici le projet de loi qui l’enterrera en Tunisie (en arabe, en français) et au Maroc (en arabe, en français). Quel sera le premier pays maghrébin à respecter l’islam et les droits humains?

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

dimanche 29 juillet 2018

Courage de la vérité 3

BLOC-NOTES : Du mythe de l'État souverain


L'État n'est plus ce qu'il était; il a changé tout comme le monde. Sa nouvelle théorie fait un mythe de sa souveraineté, imposant des figures de style politique moins marquées par la langue de bois plus qu'obsolète.
L’État en notre époque postmoderne mondialisée a perdu sa majuscule initiale, réduite à une minuscule bien plus conforme à sa signification première de situation, manière d’être. Sauf à se tromper ou vouloir tromper, on n’a plus affaire à cette entité politique indépendante et souveraine qui détient un pouvoir institutionnalisé, lequel est exercé sur la population d’un territoire donné.
Nouvelle théorie de l'État
L’État, quel qu’il soit, surtout hors les puissances régionales et internationales, donc tunisien y compris, n’est qu’une communauté d’intérêts bien plus financiers et stratégiques que politiques ou idéologiques. Aussi n'est-il plus seulement ce peuple fixé sur un territoire, soumis à une même autorité, un même gouvernement, mais bien plutôt un groupe humain soumis aux intérêts de ses dirigeants, eux-mêmes asservis à ceux des dirigeants des groupes leaders, et ce quitte à multiplier les pouvoirs intermédiaires à l'échelle nationale et internationale, en varier l’apparence en autant de serviteurs de ces mêmes intérêts.    
Qui croit encore dans l’État en son sens vieilli de régime politique et social ? Objectivement, n’ayant plus sa majuscule, il n’a plus que son sens en sciences physiques de condition particulière dans laquelle se trouve un corps. Tout comme l'on parle de l’état d'un solide ou d'un liquide, de celui d’un  métal, d’une matière, à l’état pur ou non, l’État est aujourd’hui la situation à un moment précis d’un groupe politique en apparence, mais qui n’est qu’un conglomérat d’intérêts divers n’ayant de sens et de signification qu'en relation avec ceux des puissances du moment, internes et externes. C’est donc ces intérêts qu’il faut questionner des réalités de cet État pour comprendre ce qui se passe en son sein, à l’intérieur de ses frontières qui ne sont que factices, une illusion d’optique.
Un tel état de choses, cette disposition et manière d’être peut se révéler relativement durable si elle cadre avec les intérêts qui priment; ce sont donc sur ces intérêts qu’il faut agir si l’on veut changer quoi que ce soit dans la durée de cet état. Aussi, la souveraineté, désormais, doit-elle s'orthographier autrement, en une « sous-veraineté », ou encore mieux « sous-vérinité », par référence au vérin, le dispositif servant à soulever les lourdes charges sur une faible hauteur, comme la bielle ou le cric.
Pour saisir au plus près la véritable notion de l'État, en Tunisie comme ailleurs, hors des pays ayant quelque pouvoir financier, il nous faut donc revenir au vrai sens de l’état, sans majuscule initiale et qui désigne ce qui est placé debout, dérivant du latin classique status, participe passé de sistere : placer debout. Concrètement, l’état tunisien est alors la situation de la Tunisie au regard, non point du droit qu’il soit national ou international ou même de la religion, mais bien plus du respect des intérêts majeurs résumant le climat international, l’air du temps. Or, l'esprit du temps est au pouvoir absolu de la banque et des finances, pouvoir devenu une véritable religion civile ou profane, bien plus intégriste et dogmatique que ce qu’on a connu des croyances métaphysiques.
Sans avoir à l'esprit une telle réalité incontournable, on se retrouve fatalement dans l’état décrit par Georges Perec dans La Disparition, l'état perdant fatalement sa lettre initiale; ce qui en ferait, au mieux, un TAT. On sait que ce qui ne serait qu’un borborygme ici est le sigle de  Thematic Apperception Test, un outil en usage chez les psychologues cliniciens pour déterminer la structure de pensée d'un individu, sa dynamique propre. Le principe de ce test consiste dans l'établissement, à partir de dessins et figures tirées de situations sociales variées, des interprétations synthétiques servant de diagnostic à un traitement psychologique ou une expertise de justice ou pour les assurances.  
Pour nos élites tunisiennes, politiciennes et leaders d’opinion surtout, un tel test réussi consisterait à tenir le discours de la vérité  en tout, notamment en des matières sensibles. Ci-après deux issus de notre actualité. Sera-t-on en mesure, en Tunisie, d'oser reprendre les vérités rappelées ici, encore soigneusement tues ? Comme dans le roman précité en lipogramme où manque la 5e lettre de l’alphabet latin, la seconde voyelle E, pourtant la plus utilisée en français, la figure de style politique ci-après proposée consiste à produire un discours où seront exclues non des lettres de l’alphabet, mais les figures récurrentes de la langue de bois politique que sont le mensonge et la tromperie.
Quelle souveraineté de la Tunisie ?
En Tunisie, on n’est pas loin de ce qu’on connaissait sous l’Ancien Régime en France : ce qu’on appelait les états, c’est-à-dire ces classes sociales et politiques qu’étaient la noblesse, le clergé et le tiers état. C'est un peu le résultat de la déliquescence de l’État de Bourguiba qui porte la responsabilité d'avoir nourri en son sein le ver qui le ronge, l’intégrisme religieux. Car voulant singer l’Occident en vouant aux gémonies la moindre spiritualité, mettant dans le même  sac intégrisme religieux et soufisme, son meilleur ennemi catégorisé en charlatanisme, le Combattant suprême a lui-même coupé la branche sur laquelle il se tenait. En effet, il n’est d’antidote à l’antéislam intégriste que le soufisme, le vrai, cet islam des vérités selon le théoricien même du salafisme. Or, un tel islam commande la parole de vérité.           
En voilà dans le cadre de ces figures de test, pouvant relever d'un TAT national. Elles sont en relation avec l'actualité, récente ou à venir, et qui traduisent la déconnexion, sur le plan tant international que national, de nos élites avec des réalités pourtant basiques où le peuple est à des années-lumière de ses dirigeants pour prêter foi à leur logomachie en la matière. Or, l'on persiste et l'on signe dans la langue de bois d'un autre temps!     
1. Figure d'Israël, notre propre image :
  On sait que la Knesset,  le parlement d'Israël, a adopté dernièrement une loi controversée sur « l’État nation » déclarant « l’État d’Israël comme l’État national du peuple juif où celui-ci applique son droit naturel, culturel, religieux, historique »  et précisant que « le droit d’exercer l’autodétermination au sein de l’État d’Israël est réservé uniquement au peuple juif ». À la suite de l’adoption de ce texte, institutionnalisant selon les députés arabes israéliens le racisme et la discrimination, la Tunisie a vivement condamné ce qu'elle a appelé une transgression de la légalité internationale et les résolutions onusiennes.
Or, la Tunisie respecte-t-elle cette légalité qui est basée sur la reconnaissance mutuelle de deux États? À juste titre, la déclaration publiée par le ministère des Affaires étrangères évoque les droits historiques du peuple palestinien à l’autodétermination et à édifier un État indépendant avec Al Qods pour capitale, condition pour garantir la paix et la sécurité dans la région; mais que fait la Tunisie de concret pour cela ? Pour être efficace et utile, ne faut-il pas commencer par se conformer a droit international en établissant des relations diplomatiques avec Israël pour le rappeler à ses devoirs? À le méconnaître, le traiter en entité, alors que la réalité de son État ne fait nul doute, ne verse-t-on pas dans la totale inconscience ?
Que dire d'autre aussi quand la Tunisie ose mettre en garde contre la portée raciste et discriminatoire de la décision du parlement israélien et ses conséquences sur les efforts de paix dans la région ? Que ne commence-t-on d'abord avec de notre propre législation en vigueur qui consacre la primauté de la religion et instaure la ségrégation à la tête de l'État imposant la confession musulmane pour accéder à la présidence de la République? N'est-ce pas ainsi ignorer nos propres turpitudes pour ne voir que celles d'autrui, cet autre soi-même, selon la fameuse expression du poète français ?
2. Figure de l'Aïd-el-Kébir, pure fête commerciale :
On le voit avec l'apparition des moutons dans nos villes transformées en bergeries, la fête du sacrifice est pour bientôt, dans moins d'un mois. C'est une fête officiellement religieuse, mais qui n'est qu'une tradition commerciale, celle du mouton. En effet, il a  bien été démontré que le rite du sacrifice, acte majeur du pèlerinage, est lié à ce rituel.
Aussi, en faire une fête hors de La Mecque n'est ni une obligation ni surtout de la piété, surtout dans les conditions telles qu'il se déroule chez nous. Outre le cheptel et les budgets décimés à tort au nom de la religion, en faisant une tradition recommandée, c'est devenu une simple opération commerciale, du commerce du mouton principalement.
D'ailleurs, dans la tradition musulmane, le mouton n'a jamais été la bête immolée à privilégier pour la sacrifice, concernant davantage les vaches et les chamelles. Ensuite, cette tradition prophétique est davantage la célébration d'un geste abrahamique, relevant de la loi mosaïque ou de la religion hébraïque, qu'islamique, et ce au nom de l'œcuménisme de l'islam.
Enfin, et contrairement à ce que l'on n'ose plus dire aujourd'hui, l'identité du sacrifié n'a jamais été unanimement établie comme étant Ismaël. Bien au contraire, nombre des Compagnons du prophète parmi les plus illustres attestaient que, pour eux, c'était Isaac. Certes, ce dernier n'était pas l'aîné du prophète, mais bien son premier-né légitime, les enfants d'esclaves n'ayant aucun droit; d'où d'ailleurs son rejet dans le désert avec sa mère.
Pourquoi donc les autorités religieuses continuent, en Tunisie, à se taire sur ces vérités et se limiter à nous débiter un discours périmé qui ne tient plus la route et qui trompe au lieu d'éclairer les croyants sur leur religion ? N'est-ce pas ainsi qu'on encourage l'intégrisme religieux, cette fausse compréhension de la loi religieuse, du fait de l'absence d'un discours de vérité de la part des clercs, surtout ceux ayant des responsabilités étatiques, et dont c'est le devoir? N'est-ce pas ainsi qu'on encourage le terrorisme, commençant par être mental ?

Publié sur Kapitalis