Il est temps enfin pour une révolution copernicienne en matière de libertés privées ! Voici le projet de loi 3  en 1 en arabe et en français. Qui pour le défendre dans les médias et le proposer au parlement ?

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 21 juin 2018

Un miracle tunisien 2

Pour un islam enfin libéral en Tunisie



En Tunisie, l'islam peut et doit être libéral, non seulement en matière économique, mais aussi et surtout sociale, notamment sur les sujets faussement estampillés tabous religieux. L'occasion est bien propice avec le dernier rapport qui y a été publié en matière des droits et des libertés privées.

Un important rapport vient d'être publié (1) en Tunisie en langue arabe. (2) Il s’agit de la conclusion des travaux d'une Commission de l’égalité et des libertés individuelles (Colibe) constituée l’été dernier à l’initiative du président de la République pour désamorcer la polémique dans le pays relativement à l’égalité successorale et au maintien des lois rétrogrades en matière des droits et libertés annulées par la Constitution nouvellement adoptée.

Un rapport révolutionnaire et irréaliste


Au vrai, le rapport ne se limite ni à la question qui a motivé la constitution de la Commission ni ne prévoit une solution arrêtée et opérationnelle en la matière de nature à sortir rapidement la Tunisie de la situation devenue intolérable. En effet, le pays est en plein déni non seulement du droit, la loi inférieure appliquée étant contraire aux préceptes de la Constitution, mais aussi de la religion, l’islam correctement interprété admettant et commandant même, de par ses visées, tous les droits humanistes dont surtout l’égalité successorale. À ce sujet, désormais, les preuves en arabe (3) ne manquent plus.
Or, même s’il a commencé par cette question sensible, veillant à démontrer sa faisabilité d’un point de vue théologique, demeurant le principal handicap, le rapport se montre plutôt réticent à adopter une attitude osée, radicalement humaniste, même sur cette question. Ainsi se limite-t-il à faire des propositions et à donner des alternatives alors que sa mission était de proposer un projet de loi facile à reprendre et mettre en oeuvre, de nature à permettre enfin la sortie du pays de l’impasse actuelle.
Le rapport ne se rattrape pas moins, toutefois, en proposant un projet de code assez révolutionnaire en matière de droits et de libertés, étant quasiment complet, même s’il emporte quelques omissions regrettables, dont le fait de ne pas tenir compte du droit au sexe sans nulle réserve, ne traitant ni des relations sexuelles hors mariage ni de la disposition libre de son corps, y compris pour se prostituer quand on est majeur. Et le rapport n’évoque pas non plus la dépénalisation du cannabis qui fait les plus terribles des dégâts au sein de la jeunesse tunisienne, bien plus graves que ceux occasionnés par le tabac, et ce du fait de la répression policière et légale aveugles.    
Certes, il évoque la fatale nécessité de lever toutes les entraves à une libre commercialisation de l’alcool (qui n’est pas vendu sans stigmatisation ni n'est proposé à la vente les vendredis et est interdit durant ramadan) et surtout la dépénalisation de l’homophobie. C’est d’autant plus remarquable que, sur cette question, la Commission se montre hésitante et illogique dans le corps du rapport, allant jusqu’à tolérer le maintien du honteux article 230 du Code pénal, survivance de la colonisation prévoyant une peine de prison de trois mois. Ainsi propose-t-il juste de la remplacer par une amende; ce qui se réduirait à n’être qu'une compromission de la part des membres de la Commission avec les homophobes qui ne sont pas qu’intégristes religieux, mais aussi ce qu'on peut qualifier de salafistes profanes.
En effet, le parti islamiste Ennahdha, à moins de considérer cela relever de son habituel louvoiement, s’est déclaré à plusieurs reprises et publiquement disposé à abolir l’homophobie. (4) Aussi, même s’il ne fait que mentir, il importe de le tenir au mot en revendiquant qu’il tienne parole et qu’il passe aux actes, d’autant plus qu’il est le parti le plus nombreux au parlement. C'est dire que rien ne peut se faire ou se défaire à l'ARP (Assemblée des Représentants du Peuple), le parlement de Tunisie, sans son appui.

Un autre islam est possible


De plus, Ennahdha prétend vouloir devenir une Démocratie islamique, donnant l'exemple d'un islam autre, enfin réconcilié avec la démocratie. (5) Il en a bien l'occasion avec le rapport de la Colibe et ce en osant adouber et son rapport et le code qu'il propose, non seulement en le présentant en l'état au parlement, mais aussi en agissant activement pour le faire voter au plus tôt.
Ainsi le parti islamiste prouvera-t-il sa sincérité avec éclat et de la manière la plus concrète. Pour peu qu'il ne fasse plus la politique à l'antique, simulant et dissimulant, jouant au renard et au lion au lieu de représenter la Tunisie réelle. Elle est, par nature, hédoniste et libertaire, le Tunisien étant connu pour être un bon vivant, aimant croquer la vie à pleines dents. Or, l'on n'arrête de s'évertuer à le faire changer de nature par un abrutissement intégriste, aussi bien religieux que profane, fait d'un dogmatisme stérile et devant s'arrêter rapidement.
Un tel islam parfaitement possible ne saurait cependant se faire en une Tunisie livrée à elle-même. Soumise aux contraintes de son environnement géostratégique et sa condition à l'intersection de l'Orient et de l'Occident, elle a besoin de l'appui décisif de ses partenaires occidentaux. Car ils sont le soutien indéfectible du parti islamiste qu'ils ont amené au pouvoir pour leurs intérêts géostratégiques et économiques dans le pays. Ils doivent donc forcer cet allié islamiste à être enfin libéral pour de bon, notamment sur les sujets supposés tabous et qui ne le sont que dans la tête mal faite des intégristes et de leurs complices.              
Déjà, nombre de voix en Tunisie appellent Ennahdha à confirmer sa prétention à être vraiment libéral, non seulement en matière économique, ce qui arrange le capital mondial, mais aussi en matière des droits et des libertés. Ce qui pourrait advenir en faisant, comme on l'a dit, voter le code proposé par la Colibe. Cela ne sera que tout bénéfice pour tous, arrangeant surtout la société qui est au bord de l’explosion, étouffant sous les lois scélérates cumulées de la dictature et du protectorat, en plus de la supplémentaire dictature morale de ses actuels dirigeants islamistes et assimilés.
L’Occident a intérêt à préserver ses intérêts réels en Tunisie qui risque sérieusement de tomber dans l’escarcelle intégriste daéchienne. N'oublions pas que la Libye, livrée au chaos, est toute proche et que les jeunes désaxés, envoyés au début de la révolution en Syrie par les dirigeants placés au pouvoir par l'Occident en Tunisie, rentrent dans le pays où ils disposent de larges complicités dans les cercles influents.
Ce n'est qu'en imposant à leur protégé islamiste au plus tôt une mue démocratique fatale que l'Occident fera oublier comment ce protégé est arrivé au pouvoir et changera du coup la nature de l'alliance capitalislamiste qui n’est pour l’instant que sauvage manquant de droits et de libertés. Ennahdha, qu'il le veuille ou non, de gré ou de force, doit donc s'improviser le meilleur défenseur et sans réserve du rapport de la Colibe. Et il doit agir activement pour faire voter au plus tôt et avant les prochaines échéances électorales de 2019 le Code des droits et des libertés qu’il propose.

Des droits et libertés à consacrer


Afin d'aller encore plus vite, l’Occident et notamment l’UE — dont le poids est irrésistible dans le pays — seraient bien inspirés de conseiller vivement à leur partenaire privilégié de prouver concrètement au plus vite son orientation libérale, y compris économique. Cela sera le cas en reprenant à son compte, pour le moins, les projets de loi tout prêts proposés par la société civile en matière de libertés privées et de droits à la vie intime ou concernant la libéralisation du commerce et de consommation d’alcool, puisqu'il a été prouvé que l'islam ne prohibe que l'ivresse. (6)
Pour commencer, pour faire une suite utile au rapport de la Colibe, en une sorte de mise en bouche, Ennahdha se positionnera assurément en champion des droits et des libertés dans le pays en accompagnant sur les fonts baptismaux du parlement tunisien le dernier projet en date (7) proposé par la société civile et qui est de nature à être adopté assez rapidement transformant radicalement le paysage dans le pays en matière d’égalité successorale et de liberté sexuelle avec l’abolition de l’homophobie.     
L’Europe surtout, qui fait tout pour que la Tunisie aligne sa législation sur ses impératifs démocratiques, ne peut plus fermer les yeux sur ces pans obsolètes de la législation au motif que cela relève de la religion; c’est un argument fallacieux et il a largement été prouvé qu’il n’a été inventé que pour tromper. C’est d’ailleurs au nom de l’islam aussi qu'on demande aujourd’hui en Tunisie de mettre à niveau la législation tunisienne, dans tous les domaines relevant des questions humanistes, la preuve ayant été apportée que l’islam pur est humaniste ou ne l’est pas.
Que l’Europe aide donc à l’advenue d’un tel islam à ses portes si elle ne souhaite pas que demain la Tunisie soit gagnée par ce se passe en Libye et ailleurs dans les pays d'islam ! Doit-on lui rappeler qu'un tel désordre s'il peut être créateur et une telle violence fondatrice, cela ne doit pas moins être fait à bon escient dans le cadre d’une solidarité réelle, un espace de démocratie méditerranéenne. (8)
C'est ce qui est parfaitement possible aujourd’hui, plus que jamais, en Tunisie; cela impose qu’Ennahdha, meilleur allié islamiste de l'Occident, soit enfin véridique dans ses volitions démocratiques. Or, cela ne le serait que si ses plus sûrs alliés lui imposent d’oser donner un contenu à son slogan de Démocratie islamique.
Désormais, cela passe par l’adoption du code de la Colibe ou, pour le moins, le projet de loi avancé à la suite de ce rapport, ci-dessus cité, en matière d'égalité successorale et d'homophobie, pour l'épiphanie en Tunisie d'une véritable démocratie et non d'une fausse ou sous-démocratie dans un État de similidroit.


NOTES


(1) 

(2)

(3)

(4) 

(5) 

(6) 

(7) 

(8) 

 Publié sur Contrepoints