Il est temps enfin pour une révolution copernicienne en matière de libertés privées ! Voici le projet de loi 3  en 1 en arabe, et en français). Qui pour le défendre dans les médias et le proposer au parlement ?

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

dimanche 26 novembre 2017

Tunisie, mon amour 6

BLOC-NOTES : Pour Alaïa, un hommage iconoclaste



Azzedine Alaïa a choisi de vivre hors de Tunisie, mais a tenu à y être enterré et non dans le pays où il a vécu, dont il est ressortissant aussi. Cette fidélité post mortem à ses origines ne manque pas d'interpeller. 
  
Faire le vœu de son vivant, comme Alaïa, d'être enterré dans sa terre natale, qu'est-ce de plus patriote de la part d'une star internationale qui a brillé de tous ses feux depuis plus de trente ans, fréquentant les sommets de la renommée, habillant de lumière des légendes comme celles du passé, Arletty et Garbo, ou du présent, Naomi ou Cindy. Mais est-ce suffisant?
Certes Alaïa était discret, effacé même, ayant horreur de la publicité, mais cela ne concernait que sa personne; la publicité étant le prolongement de son métier. Pourquoi donc ne pas en avoir fait bénéficier sa patrie?  Il est vrai, il a toujours eu une vie discrète, coupée de la Tunisie même; pourquoi alors avoir voulu y être enterré? Et c'est l'essentiel, pourquoi les célébrités tunisiennes ne se souviennent de leur pays qu'en terre d'inhumation? Leur peuple, les vivants qui y souffrent, ne méritent-ils pas une plus grande attention au lieu de cette tombe à visiter?
C'est ici l'hommage tu, que ne fait pas moins l'humble peuple de Tunisie à l'un de ses enfants à la fois prodige et prodigue, peut-être le plus illustre. Il dit qu'à la fin d'une vie, moment de vérité, c'est la sincérité qui fait le plus authentique des hommages. S'il est une émotion non affectée, il ne peut, en effet, se limiter à des paroles convenues, surtout sur figure éminente comme celle d'Alaïa. Car l'hommage est une marque de respect envers celui qui nous quitte, mais il n'est pas une simple courtoisie, même pas un dévouement aveugle ou faux; il est plutôt ce don de soi, d’autant plus respectueux qu’il en devient iconoclaste. C'est ainsi qu'on honore, au vrai, les artistes véritables comme Alaïa.  
On doit être au diapason de leur exceptionnel talent en osant déroger au concert de louanges convenues quitte à être taxé de manque de respect à la mort. Ne pas montrer de respect pour le génial couturier qu'était le digne fils de Siliana, ce serait plutôt s'abstenir d'user de cette parole de vérité qu'on ne retrouve plus dans les idées reçues dont sont faits les hommages de nos jours.
Briser les idées reçues
Toute célébrité, du fait qu'elle est d'abord une image et vit des images, mérite donc un hommage iconoclaste au sens étymologique du mot dérivant du grec ancien eikôn et du grec byzantin eikonokastês, voulant dire image et celui qui la brise. L'image à briser en l'occurrence est celle des icônes médiatiques tunisiennes qui ne se rappellent de leur patrie qu'une fois la mort venue ou dont on ne rappelle la tunisianité qu'à cette occasion. C'est à la fois dommageable pour ces icônes et pour leur patrie.
C'est bien connu, la plupart de nos célébrités ne font rien de concret, durant leur vie, pour servir véritablement leur patrie; non pas ses autorités, bien évidemment, mais son peuple. Pourquoi alors s'en souvenir pour demander à y être enterré? N'est-ce pas, par ricochet, mal récompenser le pays où l'on a choisi de vivre, y travailler, avoir aussi la nationalité? Quel manque de tact pour un artiste!
Véritable légende de la haute couture française en Europe et dans le monde, Alaïa a quasiment ignoré durant sa vie la Tunisie depuis l'avoir quittée à la fin des années 50, à l'exception de bien rares initiatives sans lendemain. C'est pour cela que sa mort et son libre choix ultime imposent la légitime question ici posée et qu'il aurait été malhonnête de taire, d'autant plus qu'elle ne le concerne pas (et plus) en tant qu'individu, mais entend exhorter à travers son exemple ceux qui, ayant réussi, ne font toujours par profiter leur peuple de leur réussite tout en se réclamant de leur citoyenneté tunisienne.
La Tunisie nouvelle n'a-t-elle pas droit d'espérer, ne serait-ce qu'avec des mots dont on sait aujourd'hui la portée et l'impact, être soutenue dans sa reconversion démocratique par qui brille à l'international comme ne l'a pas fait celui qui a habillé les plus grandes stars? Alaïa, en l'occurrence, ne pouvait-il ajouter à ses créations remarquées, faisant la couverture des plus prestigieux magazines de mode, un modèle sui generis tunisien qui aurait été une contribution patriotique majeure : un soutien concret et décisif au vivre-ensemble paisible en Tunisie ?
Car le génie de la couture que fut Alaïa n'a pas été seulement cette célèbre "griffe" tant réputée de haute couture, mais aussi une touche de glamour très tunisien; qu'a-t-il donc fait de et pour ce glamour après la révolution? Que n'a-t-il aidé, même par de simples mots, gestes et signe, à sculpter les mentalités en son pays d'origine post-révolution, lui qui était féru de sculpture avant d'en venir à la mode? Il en avait bien le pouvoir, et dirais-je le devoir, en sa qualité de figure internationale respectée, et surtout d'artiste se devant d'incarner l'âme de son peuple sur le plan de sa destinée ainsi qu'il l'a fait en son art.  
Être fidèle à la patrie
Alaïa qui a, tout seul, bâti sa légende a quand même été formé en Tunisie, ayant eu son diplôme des Beaux-Arts à Tunis où il a fait ses premières armes. Et on vu qu'il était resté, jusqu'au bout, très tunisien de par ses créations; mais cela ne fut pas mis au service de la vraie Tunisie, celle qui souffre encore de tares que tout un chacun doit contribuer à lever au plus vite, surtout quand il dispose d'une audience internationale. La parole est d'or en ces temps de buzz et de communication, faisant loi à défaut de foi.
Si Alaïa pouvait avoir raison de ne pas se soucier de sa patrie du temps où elle était encore une dictature, et dire même ne rien lui devoir, il ne le pouvait plus depuis 2011, un moment où tous les espoirs de renouveau lui étaient permis. Jamais la Tunisie n'a autant eu besoin de ses enfants patriotes que depuis cette date afin que sa révolution ne fût pas confisquée, faire long feu ainsi qu'on le vérifie de visu.
S'il ne s'était souvenu de son pays qu'à sa mort, la Tunisie ne serait peut-être pas encore, sept ans après sa révolution, à ployer sous la législation honnie et scélérate de la dictature et du protectorat. Car sans l'investissement actif pour les droits et libertés de la part des ses enfants, notamment ceux qui ont une réputation internationale, rien ne changera, du moins rapidement et sans trop de douleur et de victimes.
Certes, on peut douter des retombées immédiates d'un tel investissement; mais quand on connaît l'attachement des autorités à l'image de marque du pays et l'influence que peuvent avoir sur elles leurs amis d'Occident et d'Orient, on ne peut que relativiser un tel  doute, le bannir même. Et je puis sans risque d'erreur assurer que si les célébrités tunisiennes aujourd'hui encore osaient user de leur influence auprès des médias tunisiens et internationaux, la Tunisie aurait bien vite un visage plus rayonnant, moins hideux. 
Si l’art du disparu a été à bon droit salué, il ne faisait, faut-il le rappeler, qu’exprimer ce génie du Tunisien nommé tunisianité, une touche d'art qui fait son exception. S'il en a usé, et c'était son droit, Alaïa n’a toutefois que rarement fait état de ce qu’il devait à son peuple, même pas en tant que fibre inconsciente au creux de l'art du génie. Aussi, en même temps qu'il se construisait et réussissait tout seul, il se devait de mettre, indirectement s'il le fallait, son talent au service non pas des dirigeants qui n’honorent pas le génie populaire comme peuvent le faire les artistes, mais plutôt au bénéfice du peuple dont il est issu. Si ce dernier ne peut compter sur ses plus méritants artistes parmi ses enfants, comment réussira-t-il à avoir enfin droit à ce qu’il mérite amplement?
Concrètement, pourquoi n’a-t-on pas entendu Alaïa depuis la révolution défendre des causes justes telles l’égalité successorale ou l'abolition de l’homophobie? Pourquoi n'a-t-il pas dénoncé la torture toujours en usage ou appelé à bannir le honteux test anal? Pourquoi ne pas avoir appelé à la libre circulation pour ses concitoyens vers l'Europe? Un tel détachement ne peut qu’être dommageable, sinon coupable, ne serait-ce que parce qu'il tue dans l'œuf de petits génies tunisiens pouvant bien lui ressembler. Et je le répète : quand on a son talent et son aura médiatique, une parole de lui valait bien la meilleure des lois humanistes.   
Informer le grand public des tares qui sont la honte de tout démocrate, et aussi normalement de tout responsable tunisien, aurait dû relever aussi  de la mission sur terre d'un artiste de la trempe d'Alaïa qui ne pouvait s'en désintéresser, sans altérer son aura de génie. Dommage que de sa rue de Bellechasse il n'ait dit, ne serait-ce qu'à l'occasion, ce que le peuple de Tunisie méritait : des droits et des libertés!
Alaïa nous manquera assurément sur terre. Mais l'artiste ne meurt jamais, encore moins un esprit. Aussi, souhaiterions-nous qu'il rattrape, au ciel, ce qu'il n'a pas su faire sur terre au profit de son peuple. Qu'il y agisse pour la cause de la dignité des Tunisiens, ses compatriotes dont le génie a été magnifié par son art! Inspirant ses congénères artistes à dimension internationale de ses secrets afin d'entreprendre ce qu'il n'a pas fait, ce serait bien la dernière œuvre d'Alaïa, celle qui comptera le plus.

Que les célébrités de se trempe pensent enfin à cette Tunisie ignorée dont ils ne se souviennent qu'à la fin de leur vie! Que l'esprit d'Alaïa les inspire et, de ses ciseaux célestes, les aide à coudre, en fil de soie spirituelle, la parure d'exception de sa Tunisie encore en puissance, ce patron d'un modèle qui fera forcément mode demain. Qu'ils aident sérieusement les petites mains tunisiennes anonymes s'affairant sans leurs atouts à transformer le plomb tunisien actuel en or et la crise du pays en éclatant succès ! Le Tunisien le vaut bien.

Publié sur Kapitalis