2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

vendredi 23 juin 2017

Éthique sexuelle 2

Pour une muslim gay pride en Tunisie !





Il est illusoire de vouloir abolir l'homophobie en terre d'islam sans passer par la case de la religion. Aussi faut-il que les militants osent réclamer au nom de l'islam leur gay pride en Tunisie !

C’est le temps des gays pride, un peu partout dans le monde, ces moments de véritables fêtes populaires. Certes, ils célèbrent en premier les droits des homosensuels (homosexuels) qui ont lutté âprement pour arracher leurs droits à vivre et à aimer qui ils veulent, finissant par imposer des lois à la faveur de la démocratie.

Mais c'est d'abord la tolérance et le vivre ensemble paisible que les gays pride célèbrent dans le monde. Et il est temps d'en avoir en notre nouvelle Tunisie. Ainsi le droit et l'éthique y seront-ils honorés.

Une gay pride en l'honneur de la démocratie

En effet, la Tunisie entend devenir un État de droit; ce qui impose de reconnaître leurs droits aux gays et lesbiennes. Or, quoiqu’en disent les homophobes, le sexe gay existe bel et bien en Tunisie et dans toutes les sociétés arabes. Une gay pride est donc fatale en Tunisie si jamais la volonté démocratique y est sincère.

Aujourd’hui, en notre pays, résolument en transition démocratique, l’acceptation de l’autre est impérative, cet homo ou lesbienne que d’aucuns vouent aux gémonies. Elle l'est d'autant plus que d'aucuns, y compris dans les rangs des supposées élites de la société, n'hésitent pas singer les daéchiens.

Aussi, il est bien urgent que non seulement le droit des homosensuels triomphe au nom du droit et de la justice civile, mais aussi de la religion et de la nature sociologique de notre société. C’est donc de la plus haute importance dans notre pays dont la constitution consacre l’État de droit, l’acceptation du différent en ce domaine du sexe étant le verrou à faire sauter pour accepter tout différent.

En effet, en termes de sexe, la société tunisienne est bisexuelle, ne distinguant pas entre les partenaires. C’est le type de sexe le plus répandu, au demeurant, dans la nature; c'est le sexe naturel par excellence. Qu’on permette donc aux jeunes de faire l’amour, homo comme hétéro; cela les détournera assurément de la haine d’autrui et du terrorisme !

Oui, le sexe libre est possible en terre d'islam, aussi bien au nom du droit que de la religion; il suffit de le réclamer en sachant user des arguments adéquats. L’un d’eux, le plus judicieux, serait de demander l’organisation d’une gay pride en Tunisie au nom même de notre foi : une muslim gay pride!    

Une gay pride en l'honneur de l'islam

La célébration des droits du différent en Tunisie doit aussi être celle du fidèle musulman; elle se doit donc d'être une muslim gray pride, organisée au nom et sous la caution de l’islam. Car notre religion est tolérante et humaniste, n’ayant jamais été homophobe ainsi qu’on l’a démontré avec les preuves les plus irréfutables.

Alors, pourquoi la société civile, oubliant pour une fois son laïcisme, chez les uns, et sa fausse religiosité, chez les autres encore plus nombreux, n’ose-t-elle pas appeler en ce début d'été à une gay pride tunisienne, une muslim gay pride qui serait l’occasion de reconnaître le droit au sexe en Tunisie tout comme il est admis en islam ?

L’islam, à ses débuts, a été taxé de tous les maux en termes de libertés sexuelles, son prophète dénoncé même comme lubrique. Prenons, à titre d'exemple, le paradis dans le Coran où le coït, aussi bien hétéro que gay, est célébré comme l’une des principales occupations des bienheureux.

Les bigots intégristes, mais aussi les militants homosexuels islamophobes se comportant souvent en salafistes profanes, savent-ils au moins que l'islam est une religion où il n'existe pas de péché de la chair ? Celui-ci a été créé de toutes pièces par des hommes de la loi, machistes, influencés par la tradition judéo-chrétienne à une époque où l’Occident était encore plus bigot que le monde arabo-islamique d’aujourd'hui.


Il est donc impératif d'arrêter de défigurer l'islam et, en son nom aussi, agir pour les droits de ce qui ne peut être considéré comme une minorité sexuelle en Tunisie. Car toute la société tunisienne est minorisée, n'ayant pas le libre droit de vivre à sa guise sa vie intime. Que les démocrates, tunisiens et amis de la Tunisie, agissent tous pour une muslim gay pride en Tunisie !

 Publié sur Contrepoints