2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 22 juin 2017

Dérive des valeurs 3

Nouvelle fuite au Bac en France



Les fuites au Bac ne sont pas réservées aux pays en développement; la France en connaît régulièrement; la dernière en date a été enregistrée aujourd'hui.
  
Le sous-développement est mental

Les fuites aux examens, dont le plus prestigieux, le baccalauréat, sont loin d'être propres aux pays en développement ou à notre pays, comme le veulent faire croire certains esprits malades.
Car la triche est dans la nature humaine et celle-ci est la même partout dans le monde, que l'on soit un pays développé ou sous-développé. La seule différence est dans l'existence ou non de lois et surtout dans leur application stricte.
C'est ce qui fait le progrès véritable, le sous-développement étant d'abord et avant tout mental, se situant dans les têtes, nos mentalités.

Fuite en Economie-Droit

De source sûre, on a appris ce matin qu’une nouvelle fuite au Bac, et ce pour la énième fois. Déjà, les élèves de Technologie devaient repasser leur examen; et  voilà ceux de la matière d'Espagnol qui seraient également concernés. 
En effet, une professeure vigilante a fait échouer ce matin cette fuite concernant la filière d'Économie-Droit dont le sujet avait été posé la veille sur Internet. La Maison des Examens, qui centralise les opérations relatives au bac, a été saisie et elle se concerte à l'heure actuelle. Il y a de fortes chances que les élèves de cette épreuve soient appelés eux aussi à repasser leur examen.
Il s'agissait d'une erreur de distribution aux lycées de de la matière d'Économie-droit en lieu et place de celle du management; or, le lycée où a eu lieu l'erreur en premier a manqué d'alerter les autres lycées et de stopper la distribution des sujets.
À l'évidence, il ne s'agit pas que d'une erreur, mais d'une fuite. En effet, à la découverte du sujet, les élèves, eux, ont porté à la connaissance de la responsable de surveillance que le sujet était déjà sur Internet depuis la veille. Ce qui, une fois vérifié, s'est révélé être l'exacte vérité.


Publié sur Kapitalis