2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 3 août 2015

Ordo amoris universalis 6

Le terrorisme et l'intégrisme ne sont pas qu'islamistes !


  
L'actualité dominée jusqu'ici par les turpitudes islamistes vient de nous rappeler qu'une telle facette de l'humaine nature quand elle verse dans la bestialité est loin d'être spécifique à une nationalité ou une religion.
L'intégrisme et le terrorisme se retrouvent partout en ces temps de déficit des valeurs en pleine confusion et de négation de l'humanisme devant régir les rapports internationaux et les politiques internes d'États devenus purs Léviathans.  
Terrorisme d'État
Le conflit israélo-palestinien dure en se nourrissant des turpitudes des uns et des autres. Au départ, il y a eu l'injustice initiale arabe refusant la nécessité de reconnaître l'État juif; et elle est encore entretenue par une intransigeance criminelle.
On a aujourd'hui l'injustice de l'État d'Israël qui ne veut pas reconnaître l'inanité de sa politique de colonisation, le rendant malade et devant finir par emporter sa démocratie trouée d'illégalités.
Comme le dit un commerçant arabe de Jérusalem-Est au fait du vécu quotidien des siens et de leurs supposés ennemis : "Ce qui nous choque, ce n'est pas que les colons soient cruels. C'est plutôt que ces gens-là soient encouragés et protégés par leur gouvernement" (cité par l'envoyé spécial à Jérusalem de Libération dans son édition du 1-2 août 2015). Voilà qui résume bien la situation !
En effet, les gouvernements successifs israéliens ne veulent pas reconnaître la nature colonisatrice de leur régime avec tout ce que cela engendre de crimes. Le terrorisme auquel recourent les minorités extrémistes y trouve son terreau, surtout quand elles se sentent menacées dans leur confort assuré par un tel impérialisme.
Le chef du gouvernement israélien Benyamin Netanyahou a beau se sentir obligé de vilipender le crime des siens, dénonçant "un acte terroriste dans tous les sens du terme", il ne récusa nullement le caractère odieux de sa politique à la source du crime affreux ayant entraîné la mort d'un bébé palestinien.
Malgré la forfaiture, la politique du Premier ministre israélien ne change pas ; aussi, les causes du crime restent en l'état, en annonçant d'autres. Rappelons que le forfait terroriste israélien a été le fait de colons protestant contre l'évacuation de force par l'armée d'immeubles construits illégalement dans une colonie en Cisjordanie.
Ce n'était pas le résultat d'une action gouvernementale, mais d'une décision de la Cour suprême d'Israël, seule institution sauvant encore l'honneur de l'État hébreu. En effet, c'est sa décision parfaitement fondée qui a été la motivation de l'acte terroriste.
Or, le gouvernement caresse dans le sens du poil le puissant lobby des colons puisque sa survie dépend de ses alliés extrémistes, ne disposant que d'un seul siège de majorité. Il a ainsi ordonné, après la décision de justice, la construction de logements illégaux supplémentaire, y compris dans la localité lieu du drame.
Ainsi, on mesure à quel point de gravité atteint ce terrorisme israélien, devenant carrément terrorisme d'État.  
Intégrisme juif
Ce qui rend encore plus explosive la situation en une démocratie qui n'a l'apparence parfaite que du fait de l'environnement antidémocratique arabe, c'est qu'un tel terrorisme israélien n'est pas que physique, il est aussi mental.
Il se greffe sur un intégrisme juif, identique d'ailleurs à celui que nous retrouvons du côté des frères ennemis musulmans, dont les excès puisent dans une même tradition judaïque. C'est ce qu'on a vu avec l'agression, quasi-simultanée de celle ayant eu pour victime le bébé du village de Douma, visant les participants à la Gay Pride de Jérusalem.
 L'auteur, un intégriste juif, était un récidiviste, venant de purger une peine de prison pour des agressions similaires dans le passé. Tout comme pour les intégristes de l'islam, il se réclame d'une mythique lecture de son livre saint, déclarant combattre "contre ceux qui souillent le Nom (de Dieu)". Comme pour le terroriste tunisien de Sousse, il a même annoncé son acte barbare sur son site internet où il a qualifié d'abomination la manifestation gay.
Que pouvait-on attendre d'autre de quelqu'un qui, après son abominable forfait, a osé dire être fier de son acte, récusant à l'avance la justice humaine qui, à ses yeux, "ne respecte pas les Lois de la Sainte Torah" ? On croit entendre nos propres intégristes quand ce même intégriste juif vilipende la justice de son pays, la qualifiant de faire "partie de la mécanique du mal" !     
Appel aux justes : mettre fin à la négation de l'humain !
Le mal est le même partout, même si ses manifestations sont multiples. Aussi, plus que jamais, la tragédie de Palestine doit prendre fin incontinent.
C'est aux justes des parties en conflit, mais aussi à la puissance du jour, que j' m'adresse ici. Surtout à cette dernière dont la responsabilité est totale, n'étant pas encore à la hauteur de ses devoirs.
Il n'est un secret pour personne que la politique américaine dans la région, suivie par tout l'Occident, est de donner un blanc-seing aux gouvernements successifs d'Israël, quels qu'ils soient, même lorsque leur politique est pure turpitude. Car elle trouve sa justification dans les turpitudes d'en face.
Il est donc temps de revenir à une parole de justesse devant amener à la justice qui fait cruellement défaut.
En ce jour anniversaire de la naissance de Bourguiba qui fut , en la matière, un juste de voix et de voie, il est de bonne guerre de rappeler sa proposition toujours d'actualité consistant à revenir à la légalité internationale du partage.
Combien même la partie la plus forte, servie par l'état déplorable de ses ennemis, y est opposée, et à défaut d'un État fédéral, le partage reste la seule solution crédible de nature à ramener la paix dans la région, en commençant par les coeurs.
C'est qu'à la base de tout acte terroriste, il y a le rejet de l'autre, nourri par un imaginaire de peur et de confiance absente; il nous faut donc agir pour faire renaître cette confiance qui ne peut venir que d'une reconnaissance mutuelle.
Que la Tunisie, renouant avec le legs de son fondateur, ose donc donner l'exemple aux autres Arabes ! Qu'elle décide hic et nunc l'établissement de relations diplomatiques avec Israël sur la base du partage de 1947 !
Ainsi fera-t-elle du dernier drame un motif d'espoir, évitant que tombent d'autres innocentes victimes ! Ainsi honorera-t-on l'esprit d'Ali Saad Dawabsha, sacrifié alors pour sauver des multitudes d'autres futurs et probables innocents !


Publié sur Al Huffington Post