2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 23 juillet 2015

De la daimoncratie à la démopraxie 4

Que triste est la fête de la République sans droits ni libertés !




La République est la chose du public

La République, res publica, c'est la chose publique; et la fêter ne rime à rien si cela se limite à des cérémonies convenues entre officiels engoncés dans leurs privilèges, aveuglés par leurs immunités sur les réalités populaires.

Une vraie fête de la République est une occasion de danses dans la rue, de célébrations populaires et de fierté d'avoir des libertés et des droits.

Où sont donc les droits à fêter ? Où sont les libertés pour festoyer ?

La Tunisie vit toujours sous l'arsenal répressif de la dictature et même les acquis de sa nouvelle constitution restent lettre morte.

Les jeunes continuent à être emprisonnés pour un malheureux joint, malgré une promesse ferme de légaliser la simple consommation de cannabis ! D'autres connaissent le même sort pour un baiser ou une caresse en public, surtout s'ils sont de même sexe !

Et ceux qui veulent user du droit qu'impose la liberté reconnue de se couvrir totalement en se dénudant se retrouvent aussi à l'ombre.

Où est la République quand la moitié féminine de la société continue d'être inférieure à l'homme dans tant de domaines, dont surtout les parts successorales alors que le droit et la Constitution consacrent sa totale égalité avec l'homme ?

Tant et tant d'autres ombres de notre État de non-droit font que cette supposée fête de la République est bien triste; elle n'a de la fête qu'une solennité propice aux pompes dispendieuses indignes quand le peuple est pauvre, en plus de n'avoir pas les libertés et les droits auxquels il peut et doit prétendre.

La République n'est rien sans droit et libertés

Faut-il rappeler à nos dirigeants que le plus célèbre dialogue de Platon qu'est la République a pour traduction "à propos de l'État" ou "la constitution"?

La République renvoie ainsi à l'État et à sa constitution! Faut-il leur dire aussi que cette oeuvre majeure porte sur la justice dans la cité ? Et il n'est nulle république sans justice dont la trame est de droits et de libertés ! 

La République de Platon est une critique de la démocratie et de sa dégénérescence en démagogie et tyrannie du fait du pouvoir, de ses excès, et du prestige qu'il exerce sur ceux qui sont censés servir l'intérêt général et qui ne servent que leurs propres intérêts. 

Or, la situation dans notre pays se prête parfaitement à cette critique platonicienne. N'est-il donc pas honteux de fêter une République vide de droits et de libertés exigées par le peuple, sans lequel le régime n'a rien de républicain  ?  

La République comme on la fête en Tunisie est bien une coquille vide sans droits ni libertés. 

Il n'est donc pas superflu, à cette occasion, de demander à nos dirigeants pourquoi ils veulent tant se réclamer de l'esprit d'une révolution fantôme quand ils ne tiennent pas pour le moins leurs promesses ?

Ce qu'ils ont affirmé publiquement ne les engage-t-ils pas à propos de l'abolition de l'homophobie en Tunisie, s'agissant du chef de file de l'opposition, et la dépénalisation de la consommation du cannabis pour le président de la République ?

Assurément,  ils seraient plus crédibles et rendraient un fier service à la République, digne d'être fêtée, du moment qu'ils affichent tant leur attachement à l'esprit de la Révolution. Qu'ils lancent donc par ces deux initiatives symboliques la nécessaire rupture avec l'ordre scélérat de la dictature et la République sera dignement fêtée !

Esprit de la République et de la Révolution, es-tu là ?