2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

vendredi 23 janvier 2015

Bécopolitique, inclusivité politique 9

Trompe-t-on les électeurs si Ennadha est au gouvernement ?



Certains parlent pour ne rien dire ! C'est ce qui résumerait au mieux les propos de ceux qui, dans la classe politique et surtout au sein du parti majoritaire, dénoncent une trahison des électeurs par ce même parti pour sa conviction de la nécessité d'intégrer, d'une manière ou d'une autre, le second parti de la majorité à son gouvernement.

Myopie et ambitions politiques

Pour eux, le mot n'est pas assez gros pour marquer moins un prétendu exercice dévergondé de la politique que leur myopie politique. Ce faisant, ils ne font que masquer très mal les ambitions personnelles qui animent une telle animosité.

Car s'adonnant à la politique, ils ne peuvent ne pas savoir qu'elle reste, au vrai, l'art de l'im-possible, faisant relever du domaine du réel ce qui, pour d'autres, pourrait paraître non seulement irréalisable, mais même carrément hors de portée pour inexistence. De plus, c'est violer les valeurs libérales et modernistes dont on se réclame en usant d'argument relevant du dogmatisme supposé représenté par le parti dont on dénonce l'implication au pouvoir.

En effet, le terme trahison a une forte connotation moralisatrice, un « esprit prêtre » même, qui sied mal aux valeurs vraiment modernistes qui incitent à oser aller, dans le pluralisme démocratique, jusqu'au polythéisme des valeurs.  

De plus, ceux qui parlent de viol d'engagements envers les électeurs et du programme qui leur a été proposé le font sans la moindre preuve. Ils n'attendent même pas un quelconque début d'inexécution de ce programme pour juger à bon escient un gouvernement qui n’est pas encore entré en fonctions.

Une tromperie sur les moyens

Ceux qui parlent de tromperie électorale seraient plus crédibles s'ils usaient d’autres moyens plus sérieux ! Par exemple, d’agir au sein de l'Assemblée du peuple en proposant des lois inspirées du programme et de l’esprit du parti majoritaire pour le tester. Comme ses engagements clairs portant sur certaines des lois liberticides de la dictature. 

Voilà un bien meilleur moyen d’avoir une preuve sur la volonté du parti majoritaire de respecter ou non ses engagements ; car c’est un moyen scientifique, concret et efficace.

On se rappelle que le parti de M. Essebsi a promis de revenir sur l'inique législation sur les stupéfiants. Aussi,  pourquoi donc ceux qui le critiquent et qui sont députés ne proposent-ils pas un projet de loi dépénalisant de suite l'usage des drogues douces en Tunisie ?

De la sorte, outre le test du respect par le parti majoritaire de l'un de ses engagements de campagne, ils réussiront à mettre au pied du mur le parti islamiste en le forçant à un comportement de vérité : soit il soutient une telle proposition attestant de sa volonté d’être au gouvernement pour le bien du pays, soit il ne le fait pas et s'en exclut alors de lui-même.

La Tunisie a besoin de toutes ses compétences

En ne recourant pas à un tel moyen pertinent en plus  d’être efficace, les contempteurs du parti majoritaire ne font que de la politique politicienne, celle d'avoir une part du gâteau quitte à desservir l'intérêt de la patrie.

Car, plus que jamais, la Tunisie a besoin de sérénité et de paix pour sortir de la crise et innover en politique. Au vrai, c'est ce qu'a promis le parti Nida à ses électeurs, et c'est ce que ceux-ci attendent de lui : une transfiguration de l'art de gouverner, le génie tunisien en étant capable.

Cela implique, entre autres moyens, de réunir au service du pays toutes les compétences, la moindre bonne volonté, y compris celles qui sont dans le parti islamiste, d'autant plus que cela serait de nature à le faire évoluer dans sa conception de l'islam vers une foi tolérante et humaniste.

Or, que demande le peuple tunisien sinon une telle évolution dans le cadre d'un islam apaisé, cette foi qui constitue le trait majeur de sa personnalité, son imaginaire et sa psychologie étant marqués de spiritualité !