2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

samedi 27 décembre 2014

Rêve-olution continue 5

Le non-cumul ou la prééminence des valeurs




On fait état de remous actuels au sein du parti majoritaire dans le cadre de ses préparatifs pour la composition du nouveau gouvernement. On rapporte que par certains aspects, ils auraient trait à l'intransigeance du nouveau président quant à la prééminence de certaines valeurs quitte à rompre avec des traditions bien établies dans le microcosme politique du pays.

Parmi ces valeurs une règle d'or que contesteraient aujourd'hui certaines figures du parti, alors qu’elle a pourtant été acceptée par les membres du parti, celle relative au non-cumul de la qualité de député avec celle de membre du gouvernement.

On comprend, en effet, que nombre de députés méritants se sentent lésés de ne pouvoir servir leurs idées et leur pays au sein du futur gouvernement; mais on ne peut que donner raison à M. Caïd Essebsi dans son intransigeance à faire triompher cette règle éminente de  bonne gouvernance.

Certes, les personnes concernées par un tel principe ont tout loisir de se réclamer de ce qui se passe à l'étranger où l'on n'hésite pas à oublier les promesses faites et les principes dont on se réclamait une fois au pouvoir.

Or, c'est mal connaître le nouveau président qui, sur ce plan comme sur d'autres, se distingue par son sens affirmé de l'État. Or, un État qui se respecte est un État qui aune seule parole. Quitte à mécontenter ses plus zélés partisans. De plus, la Tunisie est en droit d’innover en matière d’art politique. C’est même la vocation du nouveau staff politique !

En Effet, pour Caïd Essebsi qui l'a démontré dans sa riche carrière, ce sont les principes qui doivent avoir la prééminence, et ce en toutes circonstances. Et on le voit avec la règle salutaire du non-cumul, puisque nos politiciens ont l’obligation de s'habituer à l’idée que le service de l'État ne se limite pas et ne doit surtout pas se limiter à un poste de gouvernement ni même à la qualité de représentant du peuple.

En effet, la qualité de député est déjà un sacerdoce auquel il importe de se consacrer corps et âme. De plus, le vrai service de l'Etat est celui dont on s'acquitte efficacement, et ce quitte à demeurer dans l'ombre, car c'est alors une manifestation parmi d'autres de sincérité et de sérieux, loin des trompettes d'une renommée fallacieuse.

Outre ce principe, M. Caïd Essebsi cultive particulièrement celui de la parole donnée. Aussi, en ce moment délicat de négociations pour le nouveau gouvernement, il suffit de savoir s'il y a eu de sa part une promesse en direction du parti Ennahdha de participation au  pouvoir. Si c’est le cas, on sera alors en mesure d'annoncer déjà sa participation inévitable.

C'est cela être un homme responsable ! C'est également réaliser les acquis de la révolution par le haut, cette fois-ci, rompant concrètement avec la politique politicienne d'antan ! 


Publié sur Leaders