2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 7 avril 2014

Pour une pol-éthique 3

Respecter la constitution, c’est ne pas en violer l’esprit !





Certains politiciens, notamment parmi les grands partis et ceux de la troïka, sont pressés d’organiser des élections nationales avant la fin de l’année pour revenir au pouvoir avec une légitimité renouvelée ou, pour ceux qui n’y sont pas, y accéder au plus vite. Les uns et les autres ont beau jeu de prétendre que ce serait une violation de la constitution que de ne pas organiser ces élections, comme elle le prévoit, avant la fin de 2014.

Un juridisme illégitime

C’est ainsi que cheikh Ghannouchi vient de déclarer sur les ondes nationales que la constitution a été ratifiée pour être appliquée; aussi, reporter le scrutin au-delà de l'année en cours serait la violer.
On comprend bien la hâte de M. Ghanouchi de profiter de la situation de politisation à l’extrême de l’administration réalisée par son parti pour se présenter dans les meilleures conditions à des élections selon un scrutin taillé sur mesure en vue de servir ses ambitions.
Toutefois, l’argumentation juridique qu’il développe n'est légitime qu'en apparence; elle ne relève que du juridisme illégitime au vu des attentes du peuple. En effet, si la constitution est faite pour être appliquée, elle l'est d’abord pour servir la souveraineté populaire. Or, aujourd'hui, celle-ci n’est pas dans la tenue d’élections nationales, mais d’élections locales, au plus près des préoccupations du peuple.
De plus, l’intérêt du peuple commande que le système électoral en Tunisie soit celui du rapport personnalisé entre l'électeur et l'élu, soit le scrutin uninominal permettant au Tunisien de choisir un élu qu’il connaît et auquel il peut demander nominativement des comptes. Par conséquent, violer la souveraineté populaire, et donc la constitution, c'est organiser les élections selon le mode de liste qui a déjà démontré ses immenses imperfections.
Par ailleurs, si une constitution est bien faite pour être appliquée, comme sait bien le dire M. Ghannouchi, que n'appelle-t-il pas à appliquer d’abord et avant tout les droits et libertés nouvellement consacrés et encore lettre morte ? Si on se soucie du droit du peuple à choisir ses gouvernants, qu'on lui permette d'abord de ne plus relever de l’ordre juridique de la dictature et de son arsenal de lois répressives, lui faisant bénéficier des acquis arrachés de haute lutte par sa société civile !
Voilà une urgence bien plus grande que des élections législatives et présidentielles, si on veut être honnête en parlant de légalité et de respect de la constitution. Il nous faut savoir, en effet, qu'en parlant droit, on ne peut plus faire comme avant, nous laisser aller à la facilité d’être formaliste, nous limiter sans honte à la pure apparence; c’est ce que faisait la dictature qui usait de la forme, un cadre vide, pour tromper, simulant l’apparence de l’État de droit.

La violation vraie de la constitution

Aujourd'hui, violer la constitution, c'est ne pas permettre au peuple de se gouverner dans les localités et les régions et d'être gouverné par de nouvelles lois en conformité avec les acquis de la constitution. Violer la constitution, c'est omettre son essence, les vraies obligations qu'elle contient en termes de libertés et de droits, à appliquer incontinent, pour ne tenir que d'une fausse obligation de date butoir d'élections nationales, inutiles pour le bien du pays.
Pourtant, c'est ce que continuent d'exiger nos élites avec leur formalisme anachronique exigeant le respect d'une date inscrite dans la constitution sous la pression des intérêts partisans. Or, tout comme les autres dispositions encore plus importantes et toujours en souffrance, elle pourrait fort bien ne pas être mise en application.
Les temps ont changé et on ne peut plus se suffire de juridisme stérile; le formalisme pur est même à proscrire, le peuple n’en voulant plus. Il exige des actes utiles et leur conformité avec des paroles de vérité.
Qu’est-ce un acte utile, aujourd’hui en Tunisie, sinon de laisser le gouvernement de compétences gouverner en le confortant avec d’autres compétences au niveau des autres têtes de l’État pour le meilleur du pays ?
Qu’est-ce une parole de vérité, aujourd'hui dans notre pays, que de substituer des élections municipales et régionales à des élections nationales qui n’intéressent personne, sinon les partis devenus autant de sectes ne servant que leurs gourous et adeptes ?
On le voit bien tous les jours, pourtant ! Le peuple s’agite de plus belle dans les régions; il exige que le gouvernement aille sur place, décide au vu des situations locales. Ce qu’il veut, c’est que le pouvoir soit dans les localités et les régions.  Et il a raison; la révolution est venue pour une telle réalisation.
La meilleure façon de réconcilier le peuple avec la politique est de tenir des élections lui permettent d’élire ses conseillers municipaux et régionaux, y compris ses gouverneurs.
Ainsi et ainsi seulement on respectera la constitution dans son esprit, au-delà d’une lettre façonnée à la mesure des ambitions politiques des partis. À quand donc, chez nous, des politiques qui cesseront d’être irresponsables pour agir en responsabilité, selon l’intérêt du peuple et non en fonction de leurs ambitions politiciennes ?

Publié sur Leaders