2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

mardi 1 avril 2014

Libertaire Tunisie 5

L’exemple français à ne pas suivre


  

La défaite socialiste aux municipales est arrivée comme annoncée. Et ainsi que prévu, elle a vu la présidence française suivre les yeux fermés le rituel quasi sacré voulant que l’on sacrifie le premier ministre à la vindicte populaire. C’est ce qu’on appelle privilégier une soi-disant démocratie d’opinion à la responsabilité politique. La première suppose, comme on l'a fait, de coller à ce qui semble être l’opinion publique, même dans ses manifestations apparentes et trompeuses. La seconde privilégie une ligne directrice fondée sur un choix et une éthique politiques; ce qu'on n'a pas fait.
Voilà donc le socialiste le plus à droite à Matignon dans un gouvernement élu sur des convictions et des engagements de gauche. Drôle de leçon que M. Hollande tire comme enseignement du vote de défiance de ses concitoyens, qui est surtout une manifestation de déception pour des engagements qu’il a omis de tenir.
Cautère sur jambe de bois
Certes, la défaite a amené à la tête de plus d’une centaine de villes des représentants de l’extrême droite xénophobe, mais cela ne voulait pas nécessairement dire une exigence de politique de droite. C’est pourtant ce que croit à tort le président français rejetant, par exemple, la carte Fabius qui  aurait pu apporter à Matignon une expérience certaine et un savoir-faire diplomatique fort utile en ces jours troubles.
C’est de plus de justice et de considération que voulaient les Français, moins d’arrogance et d’irresponsabilité de la part de leurs dirigeants, notamment les plus en vue. Ce n’est pas un discours xénophobe qu’ils ont tenu, mais un ras-le-bol de l’incapacité de leurs dirigeants à apporter les solutions adéquates pour mettre fin justement au discours haineux de certains, surtout de l’étranger.
Or, comme la meilleure façon de le montrer était de voter extrême, le peuple français l’a fait, non pas parce qu’il serait devenu tout d’un coup extrémiste, mais juste pour que cela fasse l’effet d’un électrochoc sur ses dirigeants. Il aurait fallu plus de lucidité et de clairvoyance à ceux-ci pour saisir le message des électeurs. Au lieu de cela, ils n’ont vu que l’écume, celle d’un désir d’ordre, d’autorité et de sécurité. Cela s'appelle un cautère sur jambe de bois.
C’est un tel exemple qu’il ne faut pas à nos politiciens suivre aveuglément. Je veux dire par là qu’ils ne doivent pas tomber dans le piège de la soif du peuple pour la démocratie pour se presser de lui servir une démocratie juste formelle, réduite à des élections nationales, même pas régionales et locales. Pareillement, l’envie de couper avec le passé ne suppose pas d’en exclure les hommes, mais d’abord d’en éliminer le système juridique qui a fait ces hommes et que reprennent d’autres hommes, guère différents des premiers, ne faisant qu’exclure leurs adversaires pour abuser du pouvoir à leur avantage, aux dépens du peuple.
Pour une po(l)éthique
Une démocratie qui se respecte étant la souveraineté du peuple et celle-ci devant s’exprimer au travers de droits et de libertés reconnus, il est important donc que la priorité dans ce pays pour ses dirigeants sincères soit la mise en œuvre les acquis de la constitution au plus vite, et même avant l’organisation d’élections.
C’est en réformant le système juridique de la dictature, en rompant avec ses pratiques et en remettant le peuple au cœur du système politique avec des élections locales et régionales, impliquant le choix de ses gouverneurs, qu’on coupera véritablement avec l’ancien système et qu’on immunisera véritablement la révolution.
Sur le plan international, la Tunisie doit innover en diplomatie, et ce en appelant à plus de solidarité en Méditerranée. Recevant bientôt M. Jomaa, le nouveau premier ministre français ne manquera certainement pas de conditionner l'aide de la France à un renforcement des mesures sécuritaires de la gestion inepte de la politique migratoire. On se doit d'y opposer un refus net au nom de l'intérêt commun commandant l'instauration d'un espace de démocratie dans notre mer commune. Il est temps de réapprendre à y circuler librement selon des mécanismes sûrs éprouvés, de nature à mettre fin à la dérive terroriste que la fermeture actuelle des frontières encourage.
Ne nous laissons donc pas aller au jeu politicien tel qu’on le voit sous nos yeux à l’étranger et chez notre plus proche voisin au sens de la politique en son sens premier, celui qui compte ! En effet, nous avons assez de valeurs dans nos traditions pour nous permettre de rendre à la pratique politique ses lettres noblesses, en faisant une po(l)éthique !

Publié sur Leaders