2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

mardi 4 mars 2014

Mare nostrum 3

La nouvelle bataille de Méditerranée


Aux plus noires heures de l'humanité, quand l'Europe pliait sous le joug de l'innommable, la chape de plomb nazi la coupant du monde libre, en faisant une citadelle de la haine et de l'arrogance inhumaines, le salut est venu du sud de la Méditerranée avec les forces de la liberté, missionnaires de la solidarité.
Un nazisme mental
C'est à partir de nos côtes maghrébines, après des batailles décisives sur nos terres où le sang tunisien coula à flot pour le salut de l'autre, cet autre soi-même, que l'Europe retrouva sa liberté. À cet élan de solidarité unifiant les forces du bien contre le mal nazi, les enfants de Tunisie furent nombreux à contribuer, s'offrant à une cause qui n'était formellement pas la leur, mais dont ils faisaient leur plus noble cause.
Aujourd'hui, c'est une pareille bataille qu'il nous faut livrer, puisque nous voyons renaître un nazisme mental en Europe. Et il se manifeste par une politique migratoire insensée, transformant notre lac — qu'on aurait aimé être de paix — en ce tragique lieu d'un holocauste moderne selon les propres termes d'une voix européenne autorisée.
La haine et l'exclusion de soi, l'autre étant donc notre propre reflet, progressent en Europe qui ressemble de plus en plus dans les mentalités aux camps de triste mémoire. Fermée à la libre circulation, l'Europe force à la clandestinité des travailleurs qu'on n'hésita pas à faire venir, par tous moyens, même dans l'illégalité, quand on en avait besoin. Le pire, c'est qu'une telle mythologie de l'immigration alimente le terrorisme et le rejet d'autrui; terrorisme et intégrisme qu'on dénonce par ailleurs dans un jeu qui aurait été puéril s'il n'était insensé et criminel du pompier pyromane !
Hier M. le président du gouvernement tunisien a brossé un tableau noir de la situation en Tunisie, exhortant ses compatriotes au travail; mais il a omis l'essentiel qui est la cause de l'absence de confiance des masses en leurs élites. C'est que le Tunisien n'est ni fainéant ni bête, et il sait que son pays ne s'en sortira pas sans sacrifices douloureux. Or, il est prêt à faire les sacrifices nécessaires si tout le monde en fait de même, et s'il a une cause digne de sacrifices.
Le Tunisien voit bien cependant qu'il existe toujours dans son pays une minorité de privilégiés, une pléthore de passe-droits, d'injustices flagrantes, et il n'accepte plus de payer pour les profiteurs, quitte à aller à la catastrophe; au moins  irait-on ensemble, se console-t-il à tort ou à raison. De plus, on ne lui propose aucune cause valant le coup de s'y sacrifier. Et il sait que la Tunisie, quoi qu'en en dise, n'est pas si mal lotie en richesses bien mal distribuées, et qu'elle ne saurait s'en sortir sans le soutien sérieux et sans arrière-pensées  de ses partenaires d'Occident.
Le salut tunisien de l'Europe
C'est dans le cadre de l'espace méditerranéen que se trouve le salut de la Tunisie. Et c'est aussi en Méditerranée, véritable cœur de l'Europe, qu'est l'espoir de sortie de la crise européenne. L'Europe doit renouer avec son esprit de conquête qui ne peut s'incarner qu'en étant tourné vers le sud de l'Europe en un partenariat de nouvelle génération dans le cadre d'un espace de démocratie et de libertés. Sa crise actuelle est d'abord mentale, ses manifestations économiques ne faisant que traduire la saturation des modèles politiques et idéologiques utilisés pour la résoudre.
La Tunisie est aussi le cœur battant de cette Méditerranée qu'on transforme à force d'aveuglement coupable en cimetière. Faisons-en donc celui des idéologies dépassées de l'exclusion; osons marcher sur ses eaux ! Il nous faut de part et d'autre de cette mer commune créer un espace de démocratie où communieront les peuples libres de circuler et appartenant à des pays démocratiques ou en train de le devenir.
La Tunisie est dans cette situation. Elle reçoit un hôte de marque aujourd'hui aux profondes convictions méditerranéennes avec une ambition pour une solidarité accrue entre deux rives devenues ennemies. Qu'on l'aide de notre part à faire le pas décisif !
Hier, j'ai appelé M. Renzi à être l'avocat de la Méditerranée, espace de démocratie où les hommes comme les marchandises circuleront en toute liberté dans le cadre d'un système sécurisé, celui du visa biométrique de circulation pour les humains. Or, le ministère d'avocat n'est utile que s'il est sollicité;  alors, que la Tunisie fasse, à l'occasion de cette visite, une demande officielle d'intégration à l'Europe avec comme immédiate manifestation la libre circulation pour ses ressortissants !
De la sorte, nous offrirons une cause à nos citoyens, leur redonnant confiance en leurs élites, pour le moins. Car la circulation est créatrice de richesses, et tant les clandestins en Europe qui pourront alors revenir en leur pays quand ils le voudront, que nos jeunes chômeurs empêchés de bouger, sont porteurs d'espoirs. Tant de projets économiques viables, aussi bien en Tunisie qu'avec l'Europe, alimentent leurs rêves, mais ils ne peuvent les concrétiser du fait de la fermeture aberrante des frontières.
Cette bataille d'Europe, il nous faut l'engager, car elle nous aidera à consolider notre démocratie naissante et à dynamiser l'esprit d'entreprise de nos jeunes et de nos entrepreneurs, remettant au travail tout le peuple dont on aura ainsi reconnu la dignité et qui aura enfin une cause et un statut reconnu à honorer. Elle nous permettra surtout de réaliser le saut qualitatif dans le nouveau monde en gestation qui ne peut continuer à tourner dans le vide, les outils anciens n'étant plus d'aucune utilité, nous engageant non seulement dans une impasse, mais nous poussant droit au mur. Et l'échec de la Tunisie ne saurait qu'aggraver la crise en Europe.

Notre devoir d'humanistes
C'est de notre responsabilité d'innover aujourd'hui en diplomatie en osant tenir autre chose que la langue de bois habituelle, continuant d'aller dans le sens des desiderata des instances européennes actuelles qui agissent sans le savoir à faire de notre Méditerranée un lac de guerre. Nous devons rompre avec notre politique dénuée de vertu, nous amenant à signer avec l'Union européenne cet accord honteux d'un soi-disant partenariat pour la mobilité et qui n'est que celui de l'immobilité.
En l'occurrence, il ne s'agit de l'avis de tous les experts sérieux et honnêtes que d'un dispositif supplémentaire qui, au prétexte d'octroi de facilités fallacieuses pour l'obtention de visas, bétonne encore plus le système sécuritaire européen aussi criminogène qu'inefficace, et ce en s'assurant notre complicité active. C'est un affront caractérisé pour l'esprit de notre révolution qui est celle de la liberté et de la dignité, doit-on le rappeler.
Alors, M. le président du gouvernement, osez être en phase avec votre peuple et, recevant aujourd'hui le président du Conseil italien, formulez au nom de la Tunisie une demande officielle de création d'un espace de démocratie. Et que  la première manifestation concrète d'un tel espace soit l'ouverture à une circulation libre sous visa biométrique, augurant d'une communion franche et sincère dans les valeurs démocratiques en une aire de civilisation entre un Occident et un Orient enfin réconciliés.
Soyons des politiques de bonne volonté, faisons qu'il n'y ait plus en Méditerranée un seul mort ou perdu — tunisien pour le moins, pour commencer — pour cause de recherche de dignité. Car ceux qu'on appelle clandestins ou immigrés ne sont que des combattants à leur manière pour la liberté, des missionnaires de la dignité.
Scellons à l'occasion de la visite de notre illustre hôte démocrate une alliance pour la paix, nous permettant de repousser nos frontières idéologiques en nous engageant à bannir — du moins entre la Tunisie et l'Italie, pour commencer — les hideuses scènes des barques de la mort ! Abolissons ce mur insensé qu'on veut ériger sur les eaux de la Méditerranée; arrêtons d'y alimenter cette moderne et criminelle industrie d'holocauste ! C'est notre devoir d'humanistes ! C'est notre honneur de démocrates ! 
Et qu'on ne s'y trompe pas; il ne s'agit pas de notre part de quémander quoi que ce soit; on ne fait que réclamer notre droit dans un monde globalisé réduit à un immeuble planétaire. Hier, quand l'intérêt de l'Europe l'a commandé, elle s'est invitée dans nos pays, puisant leurs richesses. Aujourd'hui, l'intérêt de notre pays commande un partage équitable d'une richesse enfin commune, celle de la démocratie. Cela ne peut se faire que dans un espace de libre circulation aussi bien pour les marchandises que leurs créateurs, les humains. Et c'est une question d'éthique !
L'histoire nous regarde. Que Carthage et Rome, ces intimes amies jusqu'à l'inimitié parfois, enfin réconciliées, ouvrent ensemble le futur livre de l'histoire humaine s'offrant à nos plumes. Que les descendants de la Rome éternelle et de Carthage éternellement ressuscitée écrivent la première page dudit livre sur cette terre de civilisation ancestrale. Et que le nom de la Méditerranée y soit liberté.
Méditerranée, ma mie, libre liberté, nous écrirons bien ton nom!  
Publié sur Leaders