2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

vendredi 28 mars 2014

Dialogie, trajet anthropologique 8

Un remède de cheval pour la Tunisie




Le verdict est tombé. Les finances publiques sont dans un état critique et la situation économique est fort dégradée. Cette banqueroute économique est d’abord politique. Si elle impose un remède de cheval, il ne peut d’abord être que politique.
Taxer le politique, ni le social ni l’économique
C’est le politique qui doit être rendu coupable de cette catastrophe. Aussi, comme la Tunisie se veut être une démocratie où le droit n’est pas instrumenté par la politique, mais l’inverse, la première mesure qui s’impose doit être que le reliquat au pouvoir de la coalition sortante — comptable de la situation actuelle — assume ses responsabilités et quitte la tête de l’État. Qu’il y laisse la place à des compétences techniques ne s’adonnant pas à la politique; c’est l’intérêt du pays qui l’exige !
Ensuite, que les hauts fonctionnaires et les commis du peuple fassent enfin la preuve de leur patriotisme en commençant par s’appliquer les inévitables mesures d’austérité que l’État doit appliquer à ses services avant de les imposer au peuple déjà trop éprouvé par la crise. L’État n’a plus besoin de solennités ou de somptuosités pour son prestige. C’est dans une gestion saine et éthique d’un pays pauvre, donc sans ostentation inutile ni étalage de richesses, que réside son autorité véritable et un tel prestige. C’est dans les cœurs qu’il sera alors célébré et non par la force qui n'a jamais l'autorité des sentiments acquis.
Enfin, l’Assemblée nationale qui n’est plus légitime juridiquement depuis longtemps ne peut se maintenir en place que si ses membres veulent bien se sacrifier pour le service national en renonçant à toutes leurs indemnités et traitements exorbitants. Que ceux qui n’y sont que pour ces privilèges quittent donc l'Assemblée, car étant celle d’un peuple pauvre, elle se doit de refléter sa condition !
L’importance du symbole
Certes, on dira que de telles mesures ne suffiront pas à faire revenir la santé économique; elles n'en indiqueront pas moins la voie et remettront le peuple au travail. Car le symbolique est un levier qui ne peut plus être négligé; tout est symbole, aujourd’hui. Quand le plus mauvais exemple est donné à la tête de l’État, le peuple ne peut que le suivre; tels gouvernants, tels gouvernés dit-on.
La seule légitimité qui compte aujourd’hui est celle du Dialogue national. Qu’il prenne donc ses responsabilités et qu’il agisse dans le sens que l’intérêt du peuple et du pays commandent, à savoir l'arrêt immédiat de la comédie actuelle du pouvoir avec l’organisation projetée d’élections législatives et présidentielle pernicieuses qui coûtent cher au pays et ne servent que les intérêts des plus grands partis au vu du scrutin retenu. Que le dialogue national décide d’y substituer des élections  locales et régionales selon le seul scrutin valable en Tunisie, uninominal rationalisé  supposant un contrat de mission de l’élu. Ainsi, la Tunisie s’engagera-t-elle véritablement dans le sens du rétablissement de sa santé aussi bien économique que sociale et politique. Quelle gageure, si facile à gagner, pourtant !

Publié sur Leaders