2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

jeudi 7 novembre 2013

Tunisie, un pays zawali 2

Une sortie légitime de crise

  
Nos élites donnent un piteux spectacle à un peuple ne se lassant de railler ces doctes ignorances qui entendent le diriger, lui qui baigne dans une sagesse populaire ancestrale.
Ainsi n'arrive-t-on, pour des considérations d'intérêts partisans, d'ego personnel ou de peur réciproque, à s'entendre sur le nom d'une personnalité censée être assez crédible et indépendante pour diriger un gouvernement de compétences dont la nomination est plus qu'urgente. Comme si les consciences libres manquaient dans ce pays !
Même celui qu'on s'accordait hier à considérer comme étant un exemple en la matière est subitement récusé aujourd'hui pour un argument n'ayant de valeur que pour ceux qui le soutiennent : celui de l'âge avancé. Or, pour d'autres, on en aurait usé comme d'une garantie supplémentaire de cette sagesse et ce bon sens qui manquent tant à notre classe politique obnubilée par le pouvoir.
Il est temps de mettre fin à pareil spectacle de saltimbanque ! Le fait que le parti majoritaire accepte la nomination de Monsieur Ahmed Mestiri doit être l'occasion à saisir afin d'opter pour une sortie de crise qui soit à la fois rapide et conforme à la légitimité inévitable en ces temps de confusion extrême.
Aussi, si la volonté du parti Nahdha est sincère et sa foi est bonne, il doit agir en vue de permettre le retour à la petite constitution régissant la vie politique en ce pays.
Que le premier ministre remette sa démission au président de la République et que celui-ci appelle Monsieur Mestiri à former le nouveau gouvernement !
Voilà une sortie légitime de crise qui doit satisfaire tout le monde et que personne ne pourra récuser sans chercher à aggraver la situation déjà explosive !
Monsieur Laarayedh, à vous donc, si vous n'êtes pas accroché au pouvoir et si vous cherchez véritablement l'intérêt du pays, de faire jouer votre sens de l'État et de remettre votre démission au président de la République.
Que Monsieur le Président Marzouki désigne alors Monsieur Mestiri comme nouveau président du gouvernement puisqu'il a le soutien et la confiance du parti majoritaire et de ses alliés.
Et Mesdames et Messieurs de l'opposition, démontrez dans ce cas votre sens de l'intérêt suprême de la Tunisie en donnant sa chance au démocrate incontestable qu'est Monsieur Mestiri pour tenter de sauver le pays de la catastrophe où certains veulent le pousser.
C'est l'heure de vérité; que les patriotes authentiques agissent enfin pour le salut de notre patrie !
Publié sur Leaders