2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

vendredi 8 février 2013

Pour l'amour du peuple 9

 Ne pas passer du martyr Chokri Belaïd au martyre pour la Tunisie



Ce jour qu'on a voulu un jour de deuil, y enterrant la dépouille mortelle du martyr Chokri Belaïd, doit être plutôt un jour de fête.
D'abord, parce que dans notre religion, on croit à la survivance de l'âme. Aussi, Chokri Belaïd n'est pas sous terre; il n'est même pas au ciel, destination de toute âme; il est toujours parmi nous pour continuer son combat pour la démocratie en Tunisie.
Qu'on se le dise donc : tout martyr de la Révolution ne meurt pas sur cette terre du Coup du peuple, il disparaît juste à notre vue, continuant son combat dans l'invisible, soutenant encore plus efficacement les militants des droits de l'Homme et de la démocratie pour un monde meilleur.
C'est que nous avons affaire aujourd'hui à des armées de l'ombre, des malfaiteurs invisibles agissant pour des intérêts dissimulés opposés à la réussite de la démocratie en notre pays. Et ils usent de tous les moyens disponibles, s'activant au grand jour certes, mais aussi et surtout par des menées occultes.
Il est des intérêts clandestins qui rencontrent objectivement d'autres, déclarés, dont la stabilité du pays est le dernier souci eu égard à leur agenda propre pour une Tunisie à la mesure de leurs ambitions. Et elles ont toutes, dans leurs divergences et leurs oppositions, la caractéristique majeure d'être antinomiques avec l'intérêt bien compris du peuple. Or, cet intérêt n'est rien d'autre que plus de liberté, plus de dignité, plus de justice et de joie de vivre sur cette belle terre de Tunisie toujours ouverte au monde et à l'altérité.
La Tunisie a affaire aujourd'hui à une hydre sortie d'un passé obscurantiste, dont les têtes multiples, repoussant en se multipliant et au fur et à mesure qu'on les coupe, sont à la fois apparentes et invisibles aussi.
Celles qui restent hors de notre vue auront affaire à Chokri Belaïd et à tous les martyrs tombés pour une Tunisie à jamais libre. Et celles se montrant au grand jour doivent rencontrer de tous les combattants pour les libertés une opposition farouche et déterminée. Ainsi seulement on finira par réussir, comme Héraclès, à tuer le monstre revenu de la nuit du temps ou d'un passé récent honni pour faire renaître le hideux et le monstrueux en notre beau pays.
C'est surtout un passé récent que le meurtre de Belaïd a voulu rétablir, puisque le forfait semble signé, ayant eu lieu un 6 février, soit le jour même de l'annonce, en 2011, de la suspension du parti du dictateur déchu, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).
Malgré cela, et alors que l'attitude digne adoptée par le Président du Conseil allait dans le bon sens, tirant les enseignements qu'il fallait du drame, on est surpris d'assister de la part de certains acteurs politiques majeurs à de curieuses manifestations allant à l'encontre d'une saine gestion des retombées du malheur que vit la Tunisie.
En effet, Hamadi Jebali a su tirer dignement la conclusion qui s'imposait de l'assassinat de Belaïd en proposant le gouvernement qu'il fallait à la Tunisie en ce moment. Or, que voit-on ?
Nous ne parlerons pas de ceux qui jettent de l'huile sur le feu en appelant à la mise à bas de la seule légitimité politique actuelle, celle de l'Assemblée élue. Certes, celle-ci a démérité, mais elle a été légitimement mise en place. Si on peut et doit dénoncer ses écarts, on ne peut nullement en contester la légitimité, mais agir plutôt en responsable, pour réformer son action et rectifier ses erreurs, sinon ses abus. Je reviendrai sur la question avec quelques propositions concrètes pour rappeler à nos élus que si l'Assemblée Constituante est certes souveraine, elle reste soumise au peuple qui l'a élue, souverain en premier et en dernier. Et le peuple aujourd'hui demande un gouvernement tel que l'a compris le Président du Conseil et tel qu'il cherche à le faire.
Ce qui surprend aujourd'hui, c'est que l'on ne soutient pas à fond la proposition honnête et digne de M. Jebali. Passe encore qu'il soit contesté par les caciques de son parti, les faucons qui vivent hors du temps, rêvant de lubies, prêts à tout sauf à prendre en compte l'intérêt véritable du pays !
Mais il est inadmissible qu'on n'encourage pas le preux chevalier dans sa contestation des plus fous de son parti, cherchant même à faire avorter son action salutaire par des arguties juridiques. Il est déraisonnable aussi qu'on  prétexte pour ce faire le respect tatillon d'un texte juridique taillé sur mesure par les calculs partisans au moment même où il nous est impératif d'oublier nos convenances égoïstes et de penser d'abord et avant tout à l'intérêt suprême du pays.  
Il est inacceptable que l'on s'accroche ainsi à la situation figée actuelle au prétexte qu'en sortir, ainsi que le propose M. Jebali, force l'interprétation des textes constitutionnels; car un texte juridique n'est fait que pour assainir une situation donnée et non pour la compliquer.
Si l'on est d'accord avec l'initiative Jebali — et quelle conscience libre ne le serait pas, car elle est actuellement la seule sensée et désintéressée ? —, tout devient possible pour la mettre en exécution, que ce soit par une interprétation extensive des textes ou même, incontinent, par une modification de ces textes. C'est une question de volonté politique; le juridique ne fait que suivre !
Il nous faut donc arrêter de tomber dans le ridicule ou encore l'irresponsabilité, ne faisant rien d'autre que comme ceux qui s'attaquent à la légitimité en ce pays. Défendre cette dernière ne doit pas signifier verser dans un juridisme excessif et caricatural ou dans un formalisme purement opportuniste dont le but est de faire du cri de cœur de M. Jebali une initiative mort-née.
Mesdames et Messieurs les démocrates, si vous êtes patriotes vraiment, et je n'en doute point, c'est le moment où jamais de soutenir la seule initiative judicieuse à ce jour et qui est en mesure de sortir la Tunisie de l'impasse où elle se trouve. Soutenez l'initiative de M. Jebali et ne faites pas que l'on passe du martyr Choukri Belaïd à un martyre pour la Tunisie révolutionnaire ! Le peuple tunisien vous observe.