2017 : année d’abolition de l’homophobie en islam ! Que les militants maghrébins proposent ce projet de loi : en Tunisie (en arabe, en français) et/ou au Maroc (en arabe, en français) !

Mon manifeste d'amour au peuple 2/3
 




Mon manifeste d'amour au peuple 3/3


ISLAM POSTMODERNE








Accès direct à l'ensemble des articles منفذ مباشر إلى مجموع المقالات
(Voir ci-bas انظر بالأسفل)

lundi 23 janvier 2012

Nouvelle modernité politique 5

Pour la création d'un diplôme universitaire professionnel comme solution au chômage des diplômés


Avec le problème majeur des diplômés en chômage en Tunisie, il est impératif d'entrevoir une solution innovante tout en ne se voilant pas la face devant la réalité des faits.
Quelle est d'abord cette réalité? C'est, assurément, la valeur médiocre des diplômes obtenus, la formation et le niveau que leurs titulaires sont censés avoir ne correspondant pas au minimum académique normalement requis. D'où une plus grande difficulté d'accès au marché du travail s'ajoutant à la déconnexion des formations reçues avec le monde économique.
Quelle pourrait être la solution innovante? Elle réside dans la réponse à la question de savoir comment réhabiliter les diplômes dévalorisés des chômeurs actuels et surtout futurs tout en leur garantissant un débouché; et cela ne pourra advenir que par une validation des acquis et des expériences dans le cadre d'un rapport étroit avec les acteurs économiques !
Or, une solution pourrait être d'envisager la création d'un diplôme supérieur professionnel sanctionnant une formation universitaire s'étendant sur trois ans, sanctionnée la première et la deuxième année par la délivrance d'un diplôme universitaire (DU) et la troisième et dernière année par un diplôme doctoral professionnel.
La particularité d'un tel doctorat professionnel sera son ambition de former des responsables d'études de haut niveau travaillant sur des sujets scientifiques divers et variés, mais dans le cadre de partenariats avec des entreprises nationales et surtout internationales, couplant ainsi la formation académique avec le financement privé et son prolongement nécessaire qui est la garantie d'un débouché après le diplôme au sein des entreprises avec lesquelles le doctorant aura passé trois ans entre études et formation.
Ainsi, du coup, le diplômé tunisien avec son maigre bagage initial réussira, dans le cadre de ce doctorat, à améliorer ses connaissances et sa formation tout en étant utile et en préparant un diplôme final (le doctorat professionnel) financé par le privé où il sera assuré d'un débouché final grâce à son travail aussi bien pratique et de terrain que théorique et académique avec sa thèse finale qui pourrait être constituée des mémoires des deux premières années dont les thématiques auront été élargies et affinées.
Un autre avantage non indéniable de pareil doctorat sera de prévoir tout au long de sa durée normale de trois ans la délivrance annuelle d'un diplôme universitaire pour les étudiants ne pouvant aller au bout de leur cursus, ce qui leur permettra de disposer d'un titre universitaire : le DU (Diplôme universitaire) valant quelque poids sur le marché du travail.
Ce doctorat professionnel serait à lancer notamment dans les secteurs trouvant peu de débouchés dans la vie active, comme en sciences sociales. Il s'adresserait à un public large et diversifié fait de sociologues, économistes, gestionnaires, historiens, mais aussi à des étudiants tentés de devenir des professionnels d'études ou chimistes...
Par ailleurs, et ce sera un autre avantage d'un pareil diplôme, il aboutira nécessairement à décloisonner les disciplines et à créer des échanges entre les doctorants et les acteurs socio-économiques.
Avec pareil diplôme se réalisera de façon plus harmonieuse l'insertion professionnelle des diplômés dont on aura valorisé les compétences durant les trois années d'études doctorales moyennant des missions d'enquêtes de terrain et de recherches dont ils auront eu la charge outre l'acquisition d'expérience au cours de ces missions. Et tout cela en plus du contact étroit qu'ils auront tout au long de leur cursus avec le monde économique à travers les entreprises avec lesquelles ils travaillent et qui financent leurs études et leurs travaux scientifiques dont elles profitent pour leur propre politique économique et/ou commerciale.
Autrement dit, ce diplôme sera une formation professionnelle par la recherche, celle-ci se faisant à la demande d'entreprises nationales et surtout internationales dans des secteurs divers et permettant aux étudiants la valorisation de la méthode acquise en milieu universitaire au-delà des connaissances théoriques, aboutissant à une véritable formation à la professionnalité.
Une pareille formation universitaire professionnelle reste encore une originalité dans le monde. En France, par exemple, le premier doctorat de ce type n'a été créé qu'en 2007 à l'initiative d'un anthropologue autodidacte, Dominique Desjeux, actuellement professeur d'anthropologie sociale et culturelle en Sorbonne. Et cette formation doctorale professionnelle en sciences sociales dispensée à l'université Paris-Descartes reste encore unique en son genre même si elle semble rencontrer un réel succès au point qu'une seconde formation est en cours de création avec le concours du CNAM.
La formation telle qu'elle est dispensée actuellement a pour but de former non pas des sociologues purs, mais des professionnels avec une compétence en sciences humaines. Son succès vient de la valeur à l'international du diplôme délivré et de sa différenciation nette des formations classiques Bac + 5. Mais sa véritable valeur vient de l'engouement de plus en plus notable des grandes entreprises françaises qui y trouvent un vivier de compétences universitaires qu'elles rémunèrent dans le cadre de leur politique de recherche et de développement notamment pour des études à l'international.
Or, pourquoi ne pas attirer ces entreprises comme Auchan, Bouygues Telecom, L'Oréal, Leroy Merlin, Orange, Vivendi, et d'autres qui travaillent déjà dans le cadre de ce doctoral professionnel français dans les domaines de recherche suivants moyennant des interventions, enquêtes et cours en France, en Europe, aux USA, en Chine et en Afrique Noire : anthropologie de la décision dans les organisations et la vie quotidienne.
Parmi les secteurs qui pourraient sans aucun doute les attirer pour une formation de ce genre à créer en Tunisie, il est possible de dénombrer les applications suivantes : anthropologie de la consommation, ethno-marketing — anthropologie de l'interculturel — Sociologie des organisations et de l'innovation — Projets de développement ruraux et urbains — architecture et urbanisme — Évaluations (recherche scientifique, organisations).

Publié sur Nawaat